Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

Une pièce du moteur Rolls-Royce mise en cause dans l'explosion de l'A380 de Qantas

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/11/2010

Le groupe Rolls-Royce a annoncé avoir identifié un "élément spécifique" du réacteur Trent 900 comme étant la source de la panne ayant contraint un A380 de la compagnie Qantas à revenir se poser en urgence à Singapour la semaine dernière.

AFP - Le groupe britannique Rolls-Royce a assuré vendredi avoir trouvé l'origine de l'avarie ayant conduit à l'explosion en vol d'un moteur d'un A380 de la compagnie australienne Qantas, ajoutant qu'il procédait aux changements nécessaires sur tous les gros porteurs qu'il équipe.

Dans un communiqué faisant le point sur ses investigations huit jours après l'incident, Rolls-Royce a affirmé être parvenu à "deux conclusions clés": "d'une part le problème est spécifique au moteur Trent 900. Et d'autre part, il concerne un élément spécifique dans le secteur de la turbine du moteur".

L'avarie, qui avait obligé l'appareil à effectuer un atterrissage d'urgence, "a provoqué une fuite d'huile" suivie d'un incendie, a précisé Rolls-Royce.

Le groupe a ajouté que l'élément fautif était en train d'être remplacé sur les Trent 900 équipant les A380 des compagnies concernées (Qantas, Singapore Airlines et Lufthansa), en collaboration avec Airbus.

Le groupe a reconnu que l'incident avait eu des conséquences "regrettables" pour l'exploitation des A380 concernés, mais a assuré que son intervention sur les moteurs permettrait "le retour en service progressif de toute la flotte".

"La sécurité reste notre priorité absolue", a-t-il ajouté.

Les explications de Rolls-Royce, qui s'est dit "désolé" pour les perturbations occasionnées, ont convaincu les investisseurs qui les attendaient avec impatience : le titre a gagné 4,62 à 611 pence, enregistrant la plus forte à la Bourse de Londres, dans un marché en baisse de 0,32%.

Par précaution, Qantas et Singapore Airlines ont immobilisé leurs A380 après avoir constaté des fuites d'huile sur certains réacteurs.

Lufthansa a remplacé un réacteur sur l'un de ses Airbus géants, mais n'a pas constaté de fuite d'huile dans ses moteurs ni immobilisé sa flotte.

Cet incident devrait avoir un impact sur les livraisons du très gros porteur d'Airbus, a assuré pour sa part vendredi le président d'Airbus Thomas Enders.

Toutefois, "la réputation de l'appareil restera sans tache et va même s'améliorer dans les années qui viennent", a-t-il dit à la presse.

L'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) avait recommandé jeudi des "inspections répétées" des moteurs Rolls-Royce de l'Airbus A380 au vu des résultats préliminaires de l'examen du réacteur endommagé sur l'appareil de Qantas.

Ces examens montrent que de l'huile a pris feu et sans doute endommagé le deuxième étage de la turbine, avait indiqué l'EASA.

L'agence a souhaité en conséquence "des inspections répétées" des différents "étages" qui composent le réacteur, ainsi que sur les circuits hydrauliques.

Qantas a annoncé jeudi avoir modifié ses plans de vol internationaux et décidé le maintien au sol de ses A380 tant qu'elle n'aura pas de "certitude absolue" sur leur sécurité.

Dans un précédent communiqué, le 8 novembre, Rolls-Royce avait affirmé faire des "progrès dans la compréhension de la cause" de l'avarie.

Le groupe avait alors déjà tenu à souligner que le problème était "spécifique au moteur Trent 900", alors que des problèmes avaient été signalés cet été sur le Trent 1000, un prototype de moteur devant équiper le 787, nouveau long-courrier de Boeing.

Rolls-Royce a publié parallèlement vendredi un rapport d'activité, également apte à rassurer les investisseurs: il a estimé que les problèmes actuels du Trent 900 n'auraient qu'un impact limité sur ses résultats financiers annuels et n'empêcheraient pas une hausse de son bénéfice opérationnel de 4 à 5%.

Première publication : 12/11/2010

  • AÉRONAUTIQUE

    Qantas et Singapore Airlines immobilisent plusieurs A380

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    L'A380 de Qantas "aurait pu prendre feu comme le Concorde"

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    Qantas a détecté des anomalies sur les moteurs de ses A380

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)