Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

Afrique

L'Espagne demande des éclaircissements au Maroc

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/11/2010

L'Espagne réclame au Maroc des "éclaircissements" après les violences de ces derniers jours, générées par le démantèlement d'un camp de contestataires au Sahara occidental, au cours duquel un citoyen espagnol a trouvé la mort.

AFP - L'Espagne a demandé au Maroc des "éclaircissements" de manière urgente sur les violences qui ont suivi le démantèlement d'un campement de contestataires sahraouis au Sahara occidental, a annoncé vendredi la ministre espagnole des Affaires étrangères Trinidad Jimenez.

"L'Espagne considère que doivent être éclaircies de manière urgente les circonstances (des violences, ndlr) et nous l'avons fait savoir au gouvernement du Maroc", a déclaré la ministre espagnole.

Mme Jimenez, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à l'issue du conseil des ministres, a réitéré sa profonde "préoccupation" pour les "faits très graves" qui se sont produits ces derniers jours au Sahara Occidental.

La responsable a ajouté avoir demandé aux autorités marocaines qu'elles "éclaircissent les circonstances de la mort du citoyen espagnol Baby Hamadi Buyema" durant les violences qui ont suivi le démantèlement du camp sahraoui.

La ministre avait indiqué dans la matinée que parmi les victimes de ces violences, figuraient un homme, Baby Hamadi Buyema, disposant d'un "document d'identité espagnol".

Dans une conférence de presse organisée vendredi à Alicante (est), son frère, Lehmad Hamday Buyema, a accusé la police marocaine d'avoir "brutalement assassiné" son frère en l'écrasant avec une voiture.

Le 8 novembre, les forces marocaines ont démantelé un camp de toile où des dizaines de milliers de Sahraouis s'étaient installés depuis la mi-octobre pour protester contre leurs conditions de vie.

Le dernier bilan officiel marocain faisait état de douze morts durant cette action, dont 10 parmi les forces de l'ordre, avec l'arrestation de 163 personnes.

De son côté, le Front Polisario, mouvement qui revendique l'indépendance pour ce territoire contrôlé par le Maroc, a accusé Rabat d'avoir fait des "dizaines" de morts lors de violences qui ont suivi cette semaine le démantèlement du camp.

Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental a été annexé en 1975 par le Maroc. Le Front Polisario, soutenu par l'Algérie, réclame l'indépendance de ce territoire via un référendum d'autodétermination tandis que le Maroc offre une autonomie sous sa souveraineté, refusant toute indépendance.

Première publication : 12/11/2010

  • SAHARA OCCIDENTAL

    Affrontements entre la police marocaine et des manifestants lors du démantelèment d'un camp

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)