Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

FRANCE

L'otage française d'Aqmi souffrant d'un cancer a reçu des médicaments

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/11/2010

L'otage française d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, atteinte d'un cancer, a reçu des médicaments grâce à l'intervention des autorités maliennes. Les ravisseurs se seraient engagés à transmettre le colis à la Française détenue depuis septembre.

AFP - La Française malade retenue en otage par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) depuis mi-septembre avec quatre Français, un Malgache et un Togolais dans le nord-est du Mali, et qui souffre d'un cancer, "a reçu des médicaments", a appris vendredi l'AFP de source malienne très bien informée.

"Je peux vous dire que l'otage française a reçu, grâce à une intervention du Mali, des médicaments. Les médicaments sont bien arrivés à destination", a affirmé cette source malienne proche du dossier.

"Ces médicaments vont lui faire du bien. Les ravisseurs ont pris l'engagement de lui remettre le colis envoyé, et je sais que ça a été fait", a-t-elle ajouté.

Selon cette même source, "les négociations sont difficiles" en vue d'obtenir la libération des otages, mais "il faut rester optimiste".

La Française séquestrée, Françoise Larribe, est l'épouse d'un des Français enlevés dans la nuit du 15 au 16 septembre sur le site d'une mine d'uranium du groupe français Areva à Arlit (nord du Niger), en même temps qu'un Malgache et un Togolais.

Peu de temps avant son enlèvement, elle avait subi une chimiothérapie, selon un de ses proches.

Interrogé à Paris, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero, a indiqué ne pas vouloir commenter cette nouvelle information. "Nous restons mobilisés" pour la libération des otages et "dans ce type de dossier, la discrétion est source d'efficacité", a-t-il dit.

Selon des sources maliennes et françaises, les otages sont détenus dans des collines désertiques du Timétrine, dans le nord-est du Mali, à une centaine de kilomètres de l'Algérie.

Les autorités françaises ont assuré qu'elles étaient prêtes à engager des pourparlers avec Aqmi pour obtenir la libération de ces otages.

Le 20 octobre, le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, avait affirmé: "Tout notre dispositif est prêt, nous sommes à l'écoute, mais pour le moment on ne peut pas dire qu'il y ait de contacts".

Dans un message audio diffusé une semaine plus tard par la chaîne de télévision al-Jazira, Oussama Ben Laden, chef d'Al-Qaïda, avait affirmé que la France ne connaîtrait la sécurité que si elle se retirait d'Afghanistan et cessait "ses injustices" à l'égard des musulmans.

Il avait en outre justifié l'enlèvement de Français au Sahel et affirmé que les musulmans étaient "en droit" de riposter par la violence à l'interdiction du voile intégral en France.

Le président français Nicolas Sarkozy avait rétorqué que son pays ne se laisserait "dicter sa politique par personne et certainement pas par des terroristes".

Aqmi avait renvendiqué le 21 septembre l'enlèvement des sept expatriés et le 30 septembre l'organisation avait diffusé une photo des otages, accompagnée d'un enregistrement audio.

L'image les montrait assis sur le sable dans le désert, des hommes en armes debout derrière eux. Un seul des ravisseurs, assis à côté des otages, n'avait pas le visage masqué.

Pierre Camatte, ex-otage français qui avait été détenu près de trois mois dans le désert malien par Aqmi, avait affirmé avoir reconnu en lui l'Algérien Abdelhamid Abou Zeid, un des chefs les plus radicaux d'Aqmi.

Abou Zeid avait dirigé l'enlèvement du Français Michel Germaneau, 78 ans, dont Aqmi a annoncé l'exécution le 25 juillet. C'est son groupe qui est également responsable de l'assassinat en 2009 d'un otage britannique, Edwin Dyer.

Première publication : 12/11/2010

  • MALI

    Une des otages français d'Aqmi "ne peut plus rester longtemps sans soins"

    En savoir plus

  • NIGER

    Le Premier ministre affirme que les otages français sont vivants selon des "contacts"

    En savoir plus

  • SAHEL

    Aqmi diffuse des images des otages français enlevés au Niger

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)