Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Afrique

Pourquoi le conflit du Sahara occidental s’éternise ?

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 12/11/2010

C’est une dispute territoriale qui dure depuis 35 ans. Annexé en 1975 par le Maroc, le Sahara occidental, ancienne colonie espagnole, revendique son indépendance. Rabat préfère parler de plan d’autonomie…

Régulièrement oublié par les médias, le Sahara occidental a de nouveau capté l’attention de la presse internationale cette semaine après les évènements sanglants qui ont secoué le territoire.

Lundi 8 novembre, les forces de l'ordre marocaines ont donné l'assaut dans un camp dressé par des milliers de Sahraouis à Gdeim Izik, à 15 kilomètres de Lâayoune –chef lieu de la région. Ils protestaient contre leurs conditions de vie. Le bilan officiel marocain fait état de 12 morts, dont 10 policiers et de l'arrestation de 163 personnes. Le Front Polisario, mouvement qui revendique l'indépendance de ce territoire contrôlé par le Maroc, parle de 11 morts, 723 blessés et 159 portés disparus.

Régine Villemont, auteur de "Avec les Sahraouis, une histoire solidaire de 1975 à nos jours" revient sur ces incidents et nous éclaire sur cette guerre de territoires.

FRANCE 24 - Le campement des tentes avait été dressé le 19 octobre par des milliers de Sahraouis en signe de protestation contre "la détérioration" de leurs conditions de vie. Comment vit ce peuple ?

Régine Villemont. Les Sahraouis sont considérés comme des citoyens de seconde zone par rapport aux Marocains venus s’établir en nombre ces dernières années dans cette région côtière, riche en pêche et en mines de phosphates. Rabat a en effet mené une politique auprès de ses concitoyens afin de les inciter à s’installer dans cette zone en leur offrant des primes. Depuis, Mohammed VI [qui a succédé à son père Hassan II en 1999] a largement contribué au développement du territoire, bien plus que son père en son temps. Mais cela profite majoritairement aux Marocains et, dans une moindre mesure, à une très petite minorité de Sahraouis.

C’est pourquoi des milliers de Sahraouis ont décidé en octobre de contester l’occupation marocaine en installant 10 000 tentes dans le désert, à une dizaine de kilomètres de Lâayoune. Mes contacts sur place parlent de 10 000 à 30 00 personnes, soit 10% de la population sahraouie… ce n’est pas rien ! Cette mer de tentes, qui s’est depuis effondrée, était, en fait, l’expression d’un ras-le-bol général des Sahraouis déterminés à quitter symboliquement la ville devenue selon eux, marocaine et synonyme de servitude.

Le campement des Sahraouis à Agdim Izik


F24 - L'ensemble de la population sahraouie est-elle animée par ce désir d’indépendance ?

R. V. Il faut savoir que les familles sahraouies sont séparées depuis 1975, entre d’un côté le Sahara occidental et de l’autre la partie orientale, l’Espagne ou encore l’Algérie. Malgré la distance ou le mur [long de 2500 km] dressé par le Maroc qui divise le Sahara, un lien très fort subsiste entre ces parents. L’identité saharienne ne disparaît pas pour autant, je dirais même que la séparation des familles alimente cette volonté d’indépendance.

F24 - Le conflit dure depuis 35 ans. Quels sont les points de blocage ?

R. V. Le référendum demandé par l’ONU en 1966 n’a toujours pas eu lieu ! Depuis 1991, un cessez-le-feu a été signé, toujours sous l’égide des Nations unies, qui a conduit au déploiement d’une mission de paix, la Minurso, et à la promesse d’un référendum l’année suivante. Mais Hassan II n’a jamais rien fait pour l’organiser, au même titre que l’ONU n’a jamais été capable de surmonter les désaccords avec Rabat, notamment sur la composition des listes électorales.

Ensuite, en 2004, Mohammed VI a dénoncé le principe même d'un référendum en brandissant un plan d’autonomie. Mais les Sahraouis refusent. Ils ont juste accepté d’intégrer cette option dans le texte du référendum, qui ne proposait à l’origine que l’indépendance ou le rattachement au Maroc.

De plus, les Sahraouis refusent que la question de la décolonisation soit uniquement traitée avec le Maroc. Ils préfèrent s'en remettre à l’ONU.

F24 - Le Front Polisario et les autorités marocaines ont rendez-vous le mois prochain à Genève pour de nouvelles discussions sur le Sahara occidental. Quels éléments pourraient débloquer la situation ?

L’ONU semble impuissante à résoudre cette question seule. La France et les Etats-Unis ont un rôle à jouer en faisant pression sur le Maroc pour enfin espérer l’unité du Maghreb. Mais je crains que les deux pays n’aient pas cette volonté politique. Paris ne veut pas trahir son amitié franco-marocaine.

Première publication : 12/11/2010

  • SAHARA OCCIDENTAL

    Affrontements entre la police marocaine et des manifestants lors du démantelèment d'un camp

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Ces conflits frontaliers passés sous silence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)