Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

FRANCE

Premiers regrets de la SNCF pour son rôle dans la déportation

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/11/2010

Afin de conserver ses chances de contrats aux États-Unis, la société ferroviaire a exprimé des regrets pour son rôle dans la déportation des juifs lors de la Seconde Guerre mondiale, alors qu'elle affirmait avoir agi sous la contrainte.

AFP - Pour préserver ses chances d'obtenir des contrats aux Etats-Unis, la SNCF a exprimé pour la première fois ses regrets pour son rôle dans la déportation des Juifs pendant la Seconde guerre mondiale, alors que l'entreprise publique affirmait jusque-là pour sa défense avoir agi sous la contrainte.

En déplacement début novembre aux Etats-Unis pour présenter l'offre de la SNCF pour le projet de ligne à grande vitesse Tampa-Orlando, son président, Guillaume Pepy, a rencontré, à Fort Lauderdale, des élus de l'Etat de Floride et des associations juives.

Selon Le Monde, il a fait part du "souhait de la SNCF d'exprimer sa profonde peine et son regret pour les conséquences de ses actes" réalisés sous la contrainte "de la réquisition", des propos confirmés à l'AFP par la SNCF.

C'est la deuxième fois que la SNCF, également candidate à la construction d'une ligne à grande vitesse en Californie, se voit contrainte de rendre des comptes sur son action pendant la Seconde guerre mondiale.

En Californie, le démocrate Bob Blumenfield a fait adopter une loi qui oblige tous les candidats à un contrat à faire la lumière sur leur éventuel rôle dans le transport de déportés de 1942 à 1944. Un élu de Floride à la Chambre des représentants, le démocrate Ron Klein, a déposé au niveau fédéral un projet de loi similaire.

A défaut d'être mentionnée dans les textes, la SNCF est clairement visée par les élus, qui lui reprochent de ne pas reconnaître sa responsabilité.

Fin août, M. Pepy avait déclaré que la SNCF, qui a transporté quelque 75.000 Juifs déportés pendant la guerre, était prête à ouvrir ses archives aux Américains et qu'il prenait cette affaire "très au sérieux".

Mais il s'en était tenu à la position officielle de l'entreprise, mettant en avant que les cheminots étaient "sous le joug de l'occupant nazi" et que plus de 2.000 d'entre eux avaient été "exécutés".

Une position relayée par le sénateur Jean-Pierre Raffarin, qui préside le groupe d'amitié France-USA au Sénat, lors d'une visite au Congrès en septembre.

Mais au vu des enjeux financiers de ces contrats (des dizaines de milliards de dollars), pour la SNCF et surtout pour son fournisseur de trains Alstom, la direction de la compagnie ferroviaire a choisi de se repentir publiquement.

"C'est un pas évident dans l'avancée de la vérité historique, que le procès de mon père avait permis d'établir, ainsi que le rapport Bachelier", a réagi auprès de l'AFP l'ex-député européen Verts Alain Lipietz, qui invite M. Pepy à "redire ses excuses en France".

"Mais ce qui est lamentable, c'est qu'il fait ça aux Etats-Unis uniquement pour améliorer sa position dans un appel d'offres, et non pas pour éviter que ça se reproduise un jour", a-t-il ajouté.

La famille Lipietz, dont quatre membres ont été déportés, a perdu en appel son procès contre l'Etat et la SNCF, qui avait fait appel de sa condamnation par le tribunal administratif de Toulouse en 2006, reconnu incompétent pour trancher cette question.

"J'encourage la SNCF à regarder en face cette page de l'histoire, quitte à briser des mythes", a réagi de son côté François Zimeray, ambassadeur pour les droits de l'homme, qui regrette toutefois que cette tragédie ait été "instrumentalisée à des fins de protectionnisme".

Et la France, qui a fait un "travail exemplaire" en matière de "mémoire, d'indemnisation et de réparation", ne mérite pas le procès qui lui est fait, a-t-il ajouté.

Première publication : 12/11/2010

  • HISTOIRE

    Un document inédit atteste de l'implication de Pétain dans les lois antisémites de 1940

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)