Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Ukraine : une carte de visite détournée sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes : toujours les mêmes ?

En savoir plus

FOCUS

Copenhague veut gérer la distribution de cannabis

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Économies : le plan Valls fait débat au sein de la majorité

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Un tatouage offensant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'accord de libre-échange transpacifique en danger

En savoir plus

FOCUS

En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

En savoir plus

  • Les frères ennemis Hamas et Fatah scellent leur réconciliation

    En savoir plus

  • Erdogan présente ses condoléances aux petits-enfants d'Arméniens tués en 1915

    En savoir plus

  • Ces islamistes du Mujao qui considèrent la France comme leur ennemie

    En savoir plus

  • Le patron du Facebook russe s’exile pour échapper à l'œil de Moscou

    En savoir plus

  • Pourquoi Kiev peine à relancer son offensive anti-séparatiste

    En savoir plus

  • Le Brésil organise un sommet de l'Internet pour l'ère post-Snowden

    En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Paris dévoile sa feuille de route économique jusqu'en 2017

    En savoir plus

  • En images : le "fail" de la police de New York sur Twitter

    En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

  • Ligue des champions : duel de géants entre le Real Madrid et le Bayern Munich

    En savoir plus

  • Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

    En savoir plus

  • Kiev va reprendre son "opération antiterroriste" dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le plan de lutte de Paris

    En savoir plus

  • Booba-Rohff : ces artistes qui desservent le rap "par leur bêtise"

    En savoir plus

  • L'État appelé à intervenir pour aider les réfugiés syriens près de Paris

    En savoir plus

  • "24 jours" : le film choc d'Arcady sur le meurtre antisémite d'Ilan Halimi

    En savoir plus

Asie - pacifique

Aung San Suu Kyi appelle à une "révolution non violente"

©

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/11/2010

Deux jours après sa libération, l'icône démocratique birmane Aung San Suu Kyi a repris son activité politique au siège de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), d'où elle a appelé à une fin "non violente" du régime militaire.

AFP - L'opposante birmane Aung San Suu Kyi, libérée samedi après sept ans d'assignation à résidence, a appelé lundi à une "révolution non violente" en Birmanie, s'affirmant certaine que la démocratie finirait tôt ou tard par triompher dans son pays.
   
Dans une interview publiée sur le site internet de la BBC, Aung San Suu Kyi, 65 ans, a souligné qu'elle était prête à saisir la moindre occasion pour discuter avec la junte militaire au pouvoir.
   
"Je ne souhaite pas la chute des militaires", a-t-elle assuré. "Je souhaite que les

militaires se hissent sur les hauteurs pleines de dignité du professionnalisme et du patriotisme authentique", a-t-elle dit dans cette interview accordée au siège de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND).
   
"Ce que les gens veulent est évident : les gens veulent une existence meilleure basée sur la sécurité et la liberté".
   
Elle a souligné qu'elle souhaitait une fin non violente du régime militaire actuel. "Nous aussi devons tenter de faire en sorte" qu'advienne cette "révolution non violente", a-t-elle ajouté, en se déclarant certaine que la Birmanie connaîtrait un jour la démocratie, même si elle ne savait pas quand.
   
Mme Suu Kyi a passé plusieurs heures au siège de la LND, rencontrant notamment les responsables régionaux du parti et achevant sa première journée de travail depuis sa libération par la visite d'un monastère de Rangoun.
   
Elle a également indiqué qu'elle n'était pas soumise à des restrictions depuis sa libération tout en mettant en garde la junte contre les conséquences d'une nouvelle détention.
   
Dimanche, lors de sa première conférence de presse après sa libération, l'opposante avait réitéré une requête formulée en vain, fin 2009, pour rencontrer en tête-à-tête le généralissime Than Shwe, homme fort de la junte. Elle avait aussi lancé un appel à l'unité de l'opposition.
   
Aung San Suu Kyi a passé près de 15 des 21 dernières années privée de liberté.
   
Sa libération a provoqué depuis samedi un soulagement prudent au sein de la communauté internationale. De nombreuses capitales ont notamment appelé la junte à relâcher également quelque 2.200 autres prisonniers politiques.

Première publication : 15/11/2010

  • BIRMANIE

    Libre, Aung San Suu Kyi reprend son combat pour la démocratie

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Soulagée par la libération de Suu Kyi, la communauté internationale reste vigilante

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    L'opposante birmane Aung San Suu Kyi est libre

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)