Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Israël et intelligence économique : Un modèle à suivre ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : De Sarajevo à Guantanamo, l'itinéraire des six d'Algérie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Patrick Chauvel, photographe de guerre

En savoir plus

SUR LE NET

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"De sang-froid"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à l'exécution de David Haines

En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Quels sont les enjeux de la conférence internationale sur l'État islamique ?

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

  • Les députés français se penchent sur un projet de loi contre le jihad

    En savoir plus

  • Grève chez Air France : journée noire attendue lundi

    En savoir plus

  • Netflix, le service de vidéos à la demande, débarque en France

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la "team USA" seule au monde

    En savoir plus

  • EI : "Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres", affirme Cameron

    En savoir plus

  • Législatives suédoises : la gauche en tête, poussée historique de l'extrême droite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Lille prend la tête, l’OM revient

    En savoir plus

  • Objecteurs de conscience en Israël : 200 vétérans défendent leur unité

    En savoir plus

  • Les pro-russes menacent le processus de paix dans l'est de l'Ukraine, selon Kiev

    En savoir plus

  • Webdocumentaire : Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins

    En savoir plus

Moyen-orient

Israël décide d’évacuer le nord du village de Ghajar, au grand dam des habitants

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/11/2010

Le gouvernement israélien a approuvé mercredi le retrait de ses troupes de la partie nord du village de Ghajar, situé au Liban. Si cette annonce a bien entendu réjoui le gouvernement libanais, les habitants du village s'y opposent.

Le gouvernement israélien a approuvé mercredi le retrait de ses troupes de la partie nord du village de Ghajar, situé à la frontière avec le Liban, pour en remettre le contrôle à la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul). "La commission ministérielle pour les questions sécuritaires a décidé d'accepter le principe d'une proposition de l'ONU et du commandant de la Finul qui prévoit le retrait des forces israéliennes de la partie nord du village de Ghajar", a indiqué un communiqué du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahou. La date effective du retrait sera fixée ultérieurement.

Un retrait attendu par Beyrouth "depuis 2006"

Interrogé par FRANCE 24, le ministre de l’Information et porte-parole du gouvernement libanais, Tarek Mitri, s’est réjoui de l’annonce du cabinet israélien. "C’est un retrait que le Liban attendait depuis 2006. La partie nord de Ghajar est un territoire libanais, c’est un fait incontesté et incontestable", a-t-il précisé.

De leur côté, les habitants de Ghajar, qui se considèrent comme des citoyens syriens et qui ont obtenu (à leur demande) la nationalité israélienne, s’opposent catégoriquement au retrait de l’armée israélienne de la partie nord de leur village, synonyme de partition selon eux. En signe de protestation, ils ont entamé un sit-in depuis cet après-midi. "Nous n'avons rien à voir avec le Liban (…), le village doit revenir à la Syrie dans le cadre d'une négociation diplomatique avec Damas", a affirmé mercredi à la radio militaire israélienne Najib Khatib, porte-parole de la mairie de Ghajar.

Un vrai casse-tête frontalier

Annexé par Israël en 1981, ce village syrien situé au pied du Golan (conquis par Israël en 1967) s’est étendu au fil du temps vers le nord, en territoire libanais, au point de créer un casse-tête frontalier. Après le retrait israélien du Sud-Liban en 2000, une commission de l'ONU chargée de la démarcation de la frontière libano-israélienne avait placé la portion nord du village (la plus habitée) au Liban et la partie sud en Syrie. L’État hébreu avait évacué une première fois le nord de Ghajar, avant de le réoccuper en marge de la guerre de l’été 2006 qui l’a opposé au Hezbollah.

La décision entérinée aujourd’hui par le gouvernement israélien est en conformité avec la résolution 1701, qui a mis fin au conflit et qui préconisait le retrait d’Israël de tous les territoires libanais occupés. Au grand dam des habitants de Ghajar…

Première publication : 17/11/2010

COMMENTAIRE(S)