Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Economie

La Chine a-t-elle pu prendre Internet en otage ?

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 18/11/2010

Selon un rapport du Congrès américain, Pékin aurait eu accès, en avril dernier, au contenu de 15 % du trafic internet. Un détournement que la Chine réfute. L'ampleur de l'incident demeure, quoi qu'il en soit, inédit.

L’accusation peut paraître insensée. Dans son rapport annuel, la commission du Congrès américain chargée des questions économiques et de sécurité entre Pékin et Washington a affirmé, mercredi, que durant 18 minutes, le 8 avril dernier, la Chine avait pris en otage 15 % du trafic internet mondial.

Selon ses affirmations, le géant étatique China Telecom a intercepté toutes les informations, tels que les communications, les courriels ou encore les requêtes, en provenance d’administrations aussi sensibles que la Nasa ou l’armée américaine. Pékin a démenti, jeudi, avoir volontairement "détourné" toutes ces données.

L’incident est, quoi qu’il en soit, inédit. Pour Olivier Seznec, spécialiste réseau chez le géant américain de l’informatique Cisco, "15 % du trafic global, ça commence à représenter une sacrée somme de données". Moins diplomate, la société de sécurité informatique McAfee parle de "la plus importante prise d’otage de données dans l’histoire d’Internet". Retour sur un événement pas comme les autres.

 

Est-il possible de détourner 15 % du trafic internet mondial ?

Les mécanismes de sécurité mis en place sur la Toile rendent l’opération délicate mais pas impossible. "C’est probablement pour cela que l’incident n’a duré que 18 minutes, le temps pour ceux qui sécurisent les réseaux de se rendre compte que quelque chose clochait et d’y remédier", estime Olivier Seznec.

 

Comment peut-on réussir une telle opération ?

La manœuvre consiste à rediriger les communications vers un point précis de la Toile, en l’occurrence les serveurs de China Telecom. On parle alors de "reroutage". " Les données circulent sur Internet comme sur une autoroute. Et, entre le point de départ et l’arrivée, des panneaux indicateurs virtuels, les routeurs, indiquent quel chemin à prendre", explique Olivier Seznec.

Pour mener ces "voitures" virtuelles de données vers China Telecom, il suffit de changer les directions indiquées par ces routeurs. Mais avec les centaines de milliers de routes qui constituent la Toile, rediriger 15 % du trafic Internet nécessite d’intervenir sur un grand nombre de ces panneaux indicateurs dématérialisés. "Seul un opérateur télécom a l'infrastructure nécessaire pour y parvenir", remarque Marc Behar, responsable de la société française de sécurité informatique XMCO.

 

L’incident peut-il être d’origine accidentel ?

C’est très difficile à imaginer au vu des niveaux de sécurité qui régissent Internet aujourd’hui. "Depuis l’émergence des réseaux dans les années 1970, des accidents de ‘reroutages’ se sont produits et, à chaque fois, ils ont donnés lieu à des ajustements de sécurité. Aujourd’hui, il existe énormément de mécanismes censés empêcher ce genre d'incident", rappelle Olivier Seznec.

En outre, lorsqu'il s'agit d'un accident, les sites que les internautes veulent visiter deviennent très vite inaccessibles. "Dans ce cas-ci, le trafic a continué normalement", précise Marc Behar.

 

China Telecom a-t-il eu accès à des données sensibles ?

L’entreprise publique a pu voir tout ce qui se passait sur Internet mais pas sur les intranets. La nuance est de taille : "la plupart des sociétés et toutes les administrations passent par des réseaux privés pour leurs communications internes qui restent ainsi invisible sur la Toile", souligne Olivier Seznec. Pas de risque donc que des secrets d’État soient tombés entre les mains des autorités chinoises.

En revanche, les courriels échangés en dehors des intranets et les sites visités ont, eux, été à la disposition des yeux et des analystes de China Telecom. "Et les informations qui y circulent peuvent se révéler très intéressantes", note Marc Behar.

Reste qu'une partie des échanges sur la Toile sont aujourd’hui cryptés. Si ces données ont été volontairement détournées par la Chine, le gros du travail doit actuellement être en cours : décoder ces centaines de millions de messages...

Première publication : 18/11/2010

COMMENTAIRE(S)