Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux jardins d'idées

En savoir plus

Sports

Mario Balotelli de nouveau confronté au racisme de certains tifosi

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 18/11/2010

Lors du match amical opposant la Squaddra Azzurra à la Roumanie (1-1), mercredi, l'attaquant italien d'origine ghanéenne a encore été la cible d'insultes racistes. Une situation que le sélectionneur national, Cesare Prandelli, ne supporte plus.

Le sélectionneur de la Squadra Azzurra, Cesare Prandelli, ne décolère pas. "C'est le signe que notre pays a beaucoup de problèmes. Ce dont nous avons besoin, c'est d'un geste symbolique fort. À la fin du match, j'ai donné une accolade à Mario Balotelli, et si cela arrive de nouveau, nous le ferons tous," a-t-il déclaré en conférence d’après-match.

"En colère et amer"

Mario Balotelli se livre au micro de la Gazzetta (en italien)

Lors de la rencontre amicale entre l’Italie et la Roumanie (1-1), qui s'est tenue mercredi soir à Klagenfurt, en Autriche, un groupe de supporters extrémistes italiens appelé "Ultra Italia" a scandé des chants xénophobes, déroulé des bandières à caractère raciste ("Non à l’Italie multiculturelle ") et imité des cris de singe à l’encontre de l'international Mario Balotelli.

Ce n'est pas la première fois que le joueur italien d’origine ghanéenne, qui a débuté en "Nazionale" sous la houlette de Prandelli, est la cible d'insultes racistes, mais, mercredi, "Super Mario" n'a pas compris ces actes gratuits. "Cette fois, j'ai été bon, personne ne peut m'accuser d'avoir provoqué le public. Je suis en colère et amer", a déclaré Balotelli, dont l'attitude désinvolte a souvent été décriée lorsqu'il évoluait en championnat italien, notamment à l'Inter Milan. Il a rejoint depuis Manchester City pour 28 millions d’euros.

Des précédents en 2009

Déjà en 2009, lors d’un match entre l’Inter et la Juventus (1-1), Balotelli, qui avait alors ouvert le score, avait fait l’objet d’insultes de la part des supporters turinois. Michel Platini, président de l’UEFA et ex-joueur de la Juve, était alors intervenu et avait demandé à l’instance de football italienne de suspendre à l’avenir n’importe quel match où un joueur serait visé par des chants ou des insultes racistes. Une directive que n'a pas vraiment suivie la Fédération italienne de football car si le club turinois avait alors écopé d’un match à huis clos, Samuel Eto’o (Inter Milan) a récemment été victime de huées lors d'un déplacement à Cagliari (voir encadré ci-contre) sans que l'arbitre ne soit intervenu.

Un an après l’épisode turinois et malgré les insultes proférées à son encontre mercredi, Balotelli veut croire à un destin en équipe nationale italienne. "Cela fait mal d'être hué, mais vous ne pouvez pas interrompre un match à cause des actes de quelques personnes [...] Je suis très heureux de jouer pour mon pays", a-t-il rappelé à ses détracteurs.

Première publication : 18/11/2010

  • ITALIE

    Près de 70 blessés dans les violences racistes en Calabre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)