Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

EUROPE

L'Irlande négocie son avenir financier avec Bruxelles et le FMI

Vidéo par Hervé AMORIC

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/11/2010

L'Union européenne (UE), le Fonds monétaire international (FMI) et plusieurs responsables irlandais planchent sur la possibilité de créer un fonds d'urgence pour les banques du pays. Les discussions se poursuivront la semaine prochaine.

AFP - Des experts européens et du Fonds monétaire international ont entamé jeudi à Dublin des discussions sur une aide de "dizaines de milliards" d'euros, dans le cadre d'un vaste plan de sauvetage des banques irlandaises, dont l'endettement astronomique menace l'Europe.

"Les attentes (de l'Union européenne et du FMI) et les miennes sont qu'un prêt sera mis à disposition", a déclaré jeudi matin le gouverneur de la Banque centrale d'Irlande, Patrick Honohan. "Nous parlons d'un prêt très important, de dizaines de milliards" d'euros, a-t-il précisé sur la radio publique RTE.

Peu après ces déclarations, des experts du FMI, de l'UE et de la Banque centrale européenne (BCE) ouvraient les discussions avec des responsables irlandais. Le plus grand secret était gardé sur leur contenu et rien n'a filtré sur leur durée, mais elles pourraient s'étaler sur plusieurs jours, selon les médias.

"la dictature du FMI et de l'UE"

Réagissant aux déclarations de M. Honohan, le ministre irlandais des Finances, Brian Lenihan, a jugé "très souhaitable" un accord qui mettrait en place un "fonds de prévoyance significatif", dans lequel l'Irlande pourrait puiser pour soutenir ses banques criblées de dettes. "Cependant, nous n'en sommes pas encore à ce stade", a-t-il ajouté.

A Washington, la directrice des relations extérieures du FMI, Caroline Atkinson, a annoncé que les discussions ne portaient pas pour l'instant "sur un programme d'aide" à proprement parler, et restaient à un stade "technique". "Les Européens ont largement la capacité d'agir" pour résoudre les problèmes de l'Irlande, a-t-elle affirmé.

Devant le ministère des Finances, une poignée de membres du Parti socialiste irlandais ont manifesté contre "la dictature du FMI et de l'UE". "Ils vont nous obliger à couper dans l'assurance sociale", a assuré Joe Higgins, député européen et président de la petite formation.

Jeudi matin, au cours d'une nouvelle séance très houleuse au Parlement, le chef de l'opposition Enda Kenny a exigé la démission du gouvernement, qualifiant d'"humiliation" l'appel à l'aide extérieure.

Dulbin menace de déstabiliser la zone euro

Les Irlandais sont très jaloux de leur indépendance, chèrement acquise après des siècles de lutte contre le joug colonial britannique, et sont largement eurosceptiques. Ils craignent en particulier que Bruxelles ne les contraigne à renoncer à leur fiscalité très avantageuse pour les sociétés (12,5%), qui a alimenté le "miracle" économique celtique.

L'imposition sur les entreprises est "non négociable", a cependant tranché la vice-Premier ministre, Mary Coughlan, devant le Parlement.

L'UE et le FMI, soucieux d'éviter les atermoiements qui avaient aggravé la crise grecque, veulent cette fois-ci prendre les devants et résoudre le problème irlandais avant qu'il ne se propage au reste de la zone euro.

L'ancien "tigre celtique" est plombé par un déficit record (32% de son produit intérieur brut cette année) en raison des quelque 50 milliards d'euros que le gouvernement a dû injecter dans les banques de l'île.

Une décision de principe sur des prêts européens et du FMI a déjà été prise, mais Dublin n'a toujours pas fait la demande formelle indispensable.

Jeudi, le Premier ministre Brian Cowen a une nouvelle fois refusé de s'engager. "Ma responsabilité est de faire en sorte que nous obtenions le meilleur résultat pour ce pays", a-t-il dit, laissant suggérer des négociations longues et ardues.

A Francfort, le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, a exprimé sa "profonde inquiétude" quant à la gouvernance économique et budgétaire de la zone euro. "Nous appelons à un changement conséquent", a-t-il lancé en vue d'éviter une réédition de la crise actuelle, sans cependant nommer l'Irlande.

Première publication : 18/11/2010

  • ZONE EURO

    L'Irlande refuse d'être assimilée à la Grèce

    En savoir plus

  • IRLANDE

    Réunion de crise des ministres des Finances de la zone euro

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Levée de boucliers contre la cure d'austérité adoptée par le gouvernement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)