Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Pour une Europe du peuple"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

FRANCE

Les prud'hommes valident le licenciement de trois salariés qui ont critiqué leur société sur Facebook

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 19/11/2010

C'est une première en France : le conseil des prud’hommes de Boulogne-Billancourt vient de donner raison à un employeur qui avait licencié trois de ses salariés ayant critiqué son entreprise sur Facebook.

Le conseil des prud’hommes de Boulogne-Billancourt a estimé, ce vendredi, qu’un employeur pouvait désormais licencier ses salariés si ceux-ci s’étaient permis de critiquer son entreprise sur Facebook. Celui-ci n'est pas allé dans le sens des plaignants, pour qui il s’agissait de simples discussions privées.

"Désormais, tous les salariés qui ont l'outrecuidance d'utiliser Facebook pour s'exprimer devront se méfier", a déploré Me Grégory Saint-Michel, l’avocat de deux des trois salariés remerciés, à l’issue du verdict. Il a en outre souligné qu’il s’agissait d'une première en France qui ouvrait grand la porte à la délation dans les entreprises.

Au mois de décembre 2008, l’un des salariés avait écrit sur son profil Facebook appartenir à "un club de néfastes", dans une allusion à Alten, une entreprise française spécialisée en ingénierie pour laquelle il travaillait. Deux de ses collègues lui avaient alors répondu "Bienvenue au club". Un quatrième, également employé d'Alten, s’en était aperçu et avait averti la direction. Conséquence : les trois personnes ont été licenciées pour faute grave.

"Appel à la rébellion"

Deux d’entre eux saisissent alors le conseil des prud’hommes de Boulogne-Billancourt pour licenciement abusif. L’entreprise y défend sa décision, estimant que leurs remarques pouvaient être interprétées comme "un appel à la rébellion". Dans un premier temps, en mai dernier, la juridiction n’avait pas réussi à trancher et avait repoussé sa décision finale à ce vendredi. Cette fois-ci, les prud’hommes ont estimé qu'"avec l'accessibilité donnée [sur Facebook] aux amis des amis, la sphère privée [était] devenue publique".

"C’est une décision déplorable", regrette pour sa part un délégué syndical d’Alten, qui précise que, à aucun moment sur Facebook, le nom d’Alten ou du supérieur des salariés n’a été évoqué. "Toute cette histoire est, en fait, indissociable de la situation d'un service dans lequel régnait, à l’époque, une mauvaise ambiance et une remise en question du management", juge-t-il.

Ailleurs dans le monde

La France n’est pas le seul pays où des propos sur Facebook ont eu des conséquences fâcheuses pour la carrière de salariés. En fait, les cas commencent à se multiplier à travers le monde. Certains sont même devenus emblématiques :

Crédit : Flickr/laverrue

Première publication : 19/11/2010

COMMENTAIRE(S)