Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Google Glass lance la “première application de télékinésie”

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

FRANCE

Les prud'hommes valident le licenciement de trois salariés qui ont critiqué leur société sur Facebook

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 19/11/2010

C'est une première en France : le conseil des prud’hommes de Boulogne-Billancourt vient de donner raison à un employeur qui avait licencié trois de ses salariés ayant critiqué son entreprise sur Facebook.

Le conseil des prud’hommes de Boulogne-Billancourt a estimé, ce vendredi, qu’un employeur pouvait désormais licencier ses salariés si ceux-ci s’étaient permis de critiquer son entreprise sur Facebook. Celui-ci n'est pas allé dans le sens des plaignants, pour qui il s’agissait de simples discussions privées.

"Désormais, tous les salariés qui ont l'outrecuidance d'utiliser Facebook pour s'exprimer devront se méfier", a déploré Me Grégory Saint-Michel, l’avocat de deux des trois salariés remerciés, à l’issue du verdict. Il a en outre souligné qu’il s’agissait d'une première en France qui ouvrait grand la porte à la délation dans les entreprises.

Au mois de décembre 2008, l’un des salariés avait écrit sur son profil Facebook appartenir à "un club de néfastes", dans une allusion à Alten, une entreprise française spécialisée en ingénierie pour laquelle il travaillait. Deux de ses collègues lui avaient alors répondu "Bienvenue au club". Un quatrième, également employé d'Alten, s’en était aperçu et avait averti la direction. Conséquence : les trois personnes ont été licenciées pour faute grave.

"Appel à la rébellion"

Deux d’entre eux saisissent alors le conseil des prud’hommes de Boulogne-Billancourt pour licenciement abusif. L’entreprise y défend sa décision, estimant que leurs remarques pouvaient être interprétées comme "un appel à la rébellion". Dans un premier temps, en mai dernier, la juridiction n’avait pas réussi à trancher et avait repoussé sa décision finale à ce vendredi. Cette fois-ci, les prud’hommes ont estimé qu'"avec l'accessibilité donnée [sur Facebook] aux amis des amis, la sphère privée [était] devenue publique".

"C’est une décision déplorable", regrette pour sa part un délégué syndical d’Alten, qui précise que, à aucun moment sur Facebook, le nom d’Alten ou du supérieur des salariés n’a été évoqué. "Toute cette histoire est, en fait, indissociable de la situation d'un service dans lequel régnait, à l’époque, une mauvaise ambiance et une remise en question du management", juge-t-il.

Ailleurs dans le monde

La France n’est pas le seul pays où des propos sur Facebook ont eu des conséquences fâcheuses pour la carrière de salariés. En fait, les cas commencent à se multiplier à travers le monde. Certains sont même devenus emblématiques :

Crédit : Flickr/laverrue

Première publication : 19/11/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)