Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Doutes sur l'identité du second bourreau de Daesh

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Franck Baudino, médecin et PDG de Health 4 Development (H4D)

En savoir plus

POLITIQUE

"L’islam n’est pas organisé en France"

En savoir plus

POLITIQUE

Affaire Fillon - Jouyet : "dommage" que les Français ne puissent pas entendre les enregistrements

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : les revendications des militaires entendues par le pouvoir

En savoir plus

FOCUS

En Iran, un éventuel accord sur le nucléaire divise la population

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pierre Cardin, 92 ans, éternel créateur du futur

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : l'offensive d'Obama face à l'immigration

En savoir plus

Culture

Montpellier, capitale mondiale du breakdance

Texte par Aurore DUPUIS , Sonia DRIDI

Dernière modification : 22/11/2010

Pour la première fois depuis sa création en 1990, la "Battle of the Year" s'est déroulée en France. Plus précisément à Montpellier, dans le sud de la France. Retour en photos sur les moments forts de la compétition.

Pas moins de 18 équipes d’une dizaine de danseurs ont été sélectionnées pour le "Battle of the Year" 2010.

Le principe de la compétition est simple : chaque escouade présente une chorégraphie de six minutes susceptible de séduire un jury particulièrement friand de mouvements spectaculaires, synchronisés et originaux. Quatre d’entre elles s’affrontent ensuite en demi-finale lors d’un "battle". Les danseurs, mimant le combat, se défient à coup de pas de danse.

Parmi les petits nouveaux en lice cette année : le Guatemala, la Grèce et le Kazakhstan. La pression était au maximum pour la Smala, l’équipe française. Mais comme à leurs habitudes, les Asiatiques ont fait sensation et les Sud-Coréens ont remporté la compétition, pour la deuxième fois consécutive.

 

Première publication : 22/11/2010

COMMENTAIRE(S)