Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat de Londres : "We are not afraid"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le Premier ministre promet des mesures pour répondre aux enseignants grévistes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rodin en majesté au Grand Palais

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Keep calm et carry on"

En savoir plus

FOCUS

L'Inde, paradis des startups

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Londres frappée au coeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marine Le Pen au Tchad

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Londres : la piste du "terrorisme islamiste" privilégiée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Sage-femme" : Catherine Deneuve et Catherine Frot se découvrent

En savoir plus

Sports

Quand Eto'o la joue comme Zidane...

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 22/11/2010

Le meilleur buteur du Calcio a perdu son sang-froid sur la pelouse du Chievo Vérone. Pour se venger d'un sournois coup de poing asséné par le défenseur Bostjan Cesar, l'attaquant camerounais a riposté avec un coup de tête zidanesque !

Une fois n’est pas coutume, le Camerounais Samuel Eto’o a perdu son sang-froid légendaire. Lors de la 13e journée du championnat italien, l’Inter Milan, qui végète à la sixième place de la Serie A, est mené sur la pelouse du Chievo Vérone dès la 29e minute. Quelques instants plus tard, une querelle éclate entre l'attaquant milanais et le défenseur Bostjan Cesar.

Après quelques échanges peu cordiaux, le premier se retourne et met un coup de tête à son adversaire au niveau de la poitrine. Une geste "zidanesque" qui peut coûter cher au Camerounais. Même s’il n’a pas été expulsé - aucun arbitre n'a vu l'agression -, le meilleur attaquant du Calcio (9 buts) risque plusieurs matchs de suspension après visionnage de la vidéo par la Fédération italienne de football.

Au final, l’Inter Milan s’est incliné sur le score de 2 à 1 après la réduction au score dans les arrêts de jeu par… Samuel Eto’o. La crise guette le club de Massimo Moratti.



 

Première publication : 22/11/2010

COMMENTAIRE(S)