Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Législatives en Grèce : un scrutin décisif

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Manchester City-Côte d'Ivoire au Mondial : Yaya Touré se confie à FRANCE 24

En savoir plus

#ActuElles

Sport : à quand la parité ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération des humanitaires à Bangui : Le chef anti-balaka Andilo ne sera pas relâché

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Abdallah, "grand défenseur des femmes" selon Christine Lagarde

En savoir plus

TECH 24

Alan Turing, le casseur de codes

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Lassana Bathily, un héros désormais français

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

BILLET RETOUR

France : près de quatorze ans après la catastrophe d’AZF, des questions en suspens

En savoir plus

Afrique

Le Congolais Jean-Pierre Bemba plaide non coupable devant la CPI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/11/2010

Au premier jour de son procès devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, Jean-Pierre Bemba a dénoncé une enquête "partiale" et "bâclée". L'ex-responsable politique congolais est accusé notamment de crimes de guerre en Centrafrique.

AFP - La défense de Jean-Pierre Bemba a dénoncé lundi une enquête "partiale" et "bâclée", au premier jour du procès de l'ancien vice-président de la République démocratique du Congo (RDC) devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye.

"Une enquête partiale, une enquête bâclée, et qui en définitive n'apporte absolument pas aux juges ce qu'ils sont en droit d'attendre, c'est-à-dire des preuves au-delà de tout doute raisonnable", a regretté Me Nkwebe Liriss, prononçant la déclaration liminaire de la défense.

Chronologie
  • 1998 - Début de la guerre civile en République démocratique du Congo.
  • 2002 - Bemba envoie ses troupes du MLC en République centrafricaine soutenir le président Ange-Félix Patassé. Les crimes qui lui sont reprochés par la CPI sont commis entre le 26 octobre 2002 et le 15 mars 2003.
  • Juin 2003 - Il dépose les armes et est nommé vice-président au terme des négociations de paix.
  • Octobre 2006 - Il échoue au deuxième tour de l’élection présidentielle remportée par Joseph Kabila.
  • Mai 2008 - Arrestation à Bruxelles en vertu d'un mandat d'arrêt de la CPI.

 

L'opposant congolais est accusé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, à savoir des viols, pillages et meurtres, commis en 2002 et 2003 par sa milice du Mouvement de libération du Congo (MLC) en Centrafrique, où elle soutenait les troupes du président Ange-Félix Patassé, victime d'une tentative de coup d'Etat du général François Bozizé.

Le procès, prévu pour durer des mois, devait se poursuivre mardi après-midi avec l'audition du premier des quarante témoins de l'accusation, un "chef de quartier" centrafricain.

"Jean-Pierre Bemba a sciemment permis aux 1.500 hommes qu'il commandait de commettre des centaines de viols, des centaines de pillages", avait affirmé à l'ouverture de l'audience lundi après-midi le procureur de la CPI, l'Argentin Luis Moreno-Ocampo.

Selon le procureur, M. Bemba, qui plaide non coupable, était "le commandant militaire avec l'autorité effective et le contrôle des troupes qui ont commis les crimes", ce que conteste la défense.

"La responsabilité hiérarchique incombait au commandement suprême de l'armée centrafricaine", a assuré Me Liriss, regrettant que "la chaîne de commandement centrafricaine" ne soit pas appelée à témoigner au procès.

Le procureur "a préféré se focaliser sur des témoins de seconde zone pour accabler M. Bemba qui se trouvait à plus de 2.000 km des lieux de combat", a soutenu l'avocat.

L'accusé, vêtu d'un costume marine et d'une cravate bleu ciel, fortement corpulent, est resté impassible pendant la lecture des charges. Il risque la réclusion criminelle à perpétuité.

Cinq mois durant, jusqu'en mars 2003, les troupes du MLC ont, selon l'accusation, violé et pillé, tuant ceux qui leur opposaient une résistance.

"Les viols, souvent collectifs, ont été perpétrés sur des femmes, des filles, des enfants, des personnes âgées, même des hommes --ce qu'on ne connaissait pas jusqu'à alors-- en public", a déclaré l'un des deux avocats centrafricains représentants les victimes, Me Marie-Edith Douzima-Lawson.

"Le viol a été utilisé comme véritable arme de guerre dans le but de punir en quelque sorte la population civile soupçonnée de complicité avec les rebelles centrafricains", a-t-elle souligné.

La CPI a autorisé la participation de 759 victimes au procès et les juges doivent encore se prononcer sur 653 demandes.

Jean-Pierre Bemba, qui avait fui la RDC en 2007, avait été arrêté le 24 mai 2008 à Bruxelles en vertu d'un mandat d'arrêt de la CPI, saisie en 2004 par François Bozizé, au pouvoir en Centrafrique depuis 2003.

En détention provisoire depuis son arrestation, M. Bemba n'a pas été reconnu indigent par la CPI. Ses avoirs et ses biens ont été gelés à la demande de la Cour qui avance l'argent nécessaire à sa défense, 30.150 euros par mois.

Le procès de M. Bemba est le troisième procès de la CPI, entrée en fonction en 2002. Les deux premiers procès, en cours, sont ceux de trois chefs de milice de RDC.
 

Première publication : 23/11/2010

  • JUSTICE

    Le Congolais Jean-Pierre Bemba devant les juges de la CPI

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Jean-Pierre Bemba attendra son procès derrière les barreaux

    En savoir plus

  • SOMMET DE L'UA

    L'Union africaine accuse la CPI d'"acharnement" contre l'Afrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)