Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Le Bureau des légendes" : Une série d'espionnage entre psychologie et action

En savoir plus

FOCUS

Beate et Serge Klarsfeld : un couple qui a dédié sa vie à la traque des nazis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Méditerranée : "Le cimetière marin"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Derrière les islamistes, les bassistes"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les nouveaux boat people"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Après Google, Gazprom dans le viseur de Bruxelles

En savoir plus

EUROPE

Un groupuscule d'extrême gauche revendique l'envoi des colis piégés

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/11/2010

La Conspiration des cellules de feu, un groupe d'obédience anarchiste considéré comme terroriste par Athènes, a revendiqué l'envoi des colis piégés adressés à plusieurs ambassades et dirigeants étrangers, dont Nicolas Sarkozy, début novembre.

AFP - Le groupe extrémiste grec "Conspiration des Cellules de feu", d'obédience anarchiste, a revendiqué mardi l'envoi des colis piégés adressés début novembre à des dirigeants étrangers et à des ambassades en Grèce, a-t-on appris mardi de source policière.
   
Dans une lettre publiée sur le site alternatif Indymedia, deux membres présumés du groupe, arrêtés à Athènes et placés en détention provisoire en novembre après l'affaire, ont revendiqué l'envoi de colis piégés "adressés au président français Nicolas Sarkozy, au siège du Tribunal international à la Haye et aux ambassades de Belgique et du Mexique à Athènes".
   
"Nous sommes fiers de notre action (...), même dans les conditions difficiles de notre emprisonnement, nous n'allons pas nous arrêter de rendre publiques nos positions en faveur de la violence armée et de la révolution", ont indiqué Panayotis Argyriou, 22 ans, étudiant en chimie, et Gérassimos Tsakalos, 24 ans, qui cosignent cette lettre.
   
Ces deux hommes avaient été arrêtés le 1er novembre (bien le 1er novembre), quelques heures après l'explosion du premier colis piégé destiné à l'ambassade du Mexique dans une société de messagerie express située dans le centre d'Athènes. La police avait découvert dans leur sac deux colis, l'un adressé à Nicolas Sarkozy et le second à l'ambassade de Belgique à Athènes.
   
Au total, quatorze colis piégés, contenant des livres ou des dossiers évidés apparemment remplis de poudre explosive, ont été expédiés de Grèce, notamment aux dirigeants allemand Angela Merkel et italien Silvio Berlusconi ainsi qu'à d'autres institutions et ambassades européennes au cours de la première semaine de novembre.
   
Treize membres présumés du groupe extrémiste grec Conspiration des Cellules de feu sont accusés d'appartenance à ce groupe considéré comme "terroriste" par les autorités grecques. Leur procès est prévu pour le 17 janvier 2011.
   
Ce groupe s'est fait connaître en 2008 avec des attentats à l'engin incendiaire qui n'ont pas pour le moment fait de victimes. S'attaquant à des personnalités ou des institutions politiques et économiques, le groupe a d'abord utilisé de petits engins incendiaires formés de cartouches de gaz, avant de recourir à des engins à retardement composés d'un explosif à base de dynamite.
   
Après l'affaire des colis piégés en Grèce, qui a suivi celle des tentatives d'attentat en provenance du Yémen, une réunion a eu lieu à Bruxelles entre des experts en sécurité aérienne européens et américains pour identifier les failles du contrôle du fret et de la poste par avion dans l'UE.

 

Première publication : 23/11/2010

  • GRÈCE

    La jeunesse d'extrême gauche ou le visage du "nouveau terrorisme"

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Tentative d'attentats simultanés en Grèce, Italie et Allemagne

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Vives inquiétudes après la découverte de colis piégés à Athènes et Berlin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)