Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le dalaï-lama annonce sa retraite politique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/11/2010

Âgé de 75 ans, le dalaï-lama souhaite quitter sa fonction de chef du gouvernement tibétain en exil dans les six prochains mois pour alléger sa charge de travail. Il conservera toutefois son rôle de leader spirituel.

AFP - Le dalaï lama, 75 ans, a l'intention de quitter l'an prochain sa fonction de chef du gouvernement tibétain en exil pour alléger sa charge de travail et réduire son rôle officiel, sans toutefois abandonner son rôle spirituel, a déclaré mardi à l'AFP son porte-parole.
   
Les Tibétains en exil, basés dans la ville indienne de Dharamsala (nord) depuis 1960, ont élu directement un dirigeant politique pour la première fois en 2001.
   
"Depuis, Sa Sainteté a toujours dit qu'il avait un statut de semi-retraite", a rappelé Tenzin Taklhan, ajoutant: "Depuis quelques mois, Sa Sainteté envisage d'approcher le parlement tibétain en exil pour discuter de son éventuelle retraite".
   
Le porte-parole du dalaï lama a toutefois souligné que cette "retraite" s'appliquerait à ses responsabilités officielles en tant que chef du gouvernement, qui consistent notamment à signer des résolutions, et non à son rôle de leader spirituel des Tibétains.
   
"Cela ne signifie pas qu'il ne sera plus à la tête de la lutte politique. Il est le dalaï lama, donc il dirigera toujours le peuple tibétain", a-t-il insisté.
   
Le dalaï lama, qui a fui le Tibet en 1959 à la suite d'un soulèvement anti-chinois, est abhorré par Pékin qui voit en lui un dangereux séparatiste.
   
Pour autant, le lauréat du prix Nobel de la paix en 1989, apôtre de la non-violence, défend une stratégie conciliante face à la Chine, une "voie moyenne" qui prône une simple "autonomie culturelle".
   
Adulé par son peuple, icône en occident, il incarne aux yeux du monde entier la lutte des Tibétains contre l'administration chinoise au Tibet et les valeurs bouddhistes.
   
Au cours des derniers mois, il n'a cessé de voyager, se rendant notamment au Canada, aux Etats-Unis, en Pologne et au Japon.
   
Selon son porte-parole, le dalaï lama devrait évoquer son retrait lors de la prochaine session du parlement en mars avec la perspective de quitter sa fonction de chef du gouvernement sous les six mois.
   
"Cela dépendra des discussions au parlement et de leurs opinions là dessus. Rien n'est sûr mais ce sont des choses qu'il envisage", a-t-il précisé.
   
Penpa Tsering, qui préside le parlement, a déclaré à l'AFP que "chaque Tibétain voudrait qu'il continue aussi longtemps que ses conditions physiques le permettront".
   
"Cela va être sans aucun doute un changement politique. C'est un sujet très très important pour nous", a-t-il ajouté en référence au message que va délivrer le dalaï lama devant le parlement.
   
Selon lui, quelle que soit l'issue des discussions, le dalaï lama devrait rester la voix dominante dans les discussions entre le gouvernement en exil et la Chine.
   
"Il a mentionné à maintes reprises qu'il continuera à prendre la responsabilité des relations avec le gouvernement chinois et il devrait continuer car c'est le sujet le plus important pour nous tous", a-t-il ajouté.
   
L'hypothèse de sa mort fait craindre au Tibet et en dehors un affaiblissement de la cohérence du mouvement tibétain, qui milite pour l'indépendance ou l'autonomie de cette région bouddhiste contrôlée par Pékin.
   
Traditionnellement, la recherche du dalaï lama est menée par les lamas les plus haut placés dans la hiérarchie, mais le régime communiste chinois a récemment indiqué qu'il se réservait le droit d'avoir le dernier mot
   
Plus haut rang du bouddhisme tibétain, le dalaï lama est considéré comme la réincarnation du premier dalaï lama né en 1391.

 

Première publication : 23/11/2010

  • FRANCE 24 - Baromètre d'opinions "World Leaders"

    Baromètre d'opinions "World Leaders": 6ème vague

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le dalaï-lama pris à parti dans le jeu sino-américain

    En savoir plus

  • CHINE

    Human Rights Watch dénonce la répression chinoise contre les émeutes de 2008 au Tibet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)