Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Economie

Le Sénat adopte la "taxe Google"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/11/2010

Le Sénat a voté un amendement au projet de loi de finances pour 2011 instaurant une taxe de 1 % sur la publicité en ligne. Cette contribution vise entre autres Google, le géant du Net, qui tire 98 % de ses bénéfices de la publicité en ligne.

AFP - Le Sénat a instauré mardi matin une taxe de 1% sur l'achat de publicité en ligne, déjà surnommée "taxe Google", dans le cadre de l'examen du projet de loi de Finances pour 2011 (PLF).

Le Sénat a adopté un amendement du rapporteur général UMP de la commission des Finances Philippe Marini qui crée cette taxe à compter du 1er janvier 2011.

Cette taxe "est due à tout preneur, établi en France, de services de publicité en ligne et est assise sur le montant, hors taxe sur la valeur ajoutée, des sommes versées", stipule l'amendement.

Elle ne concernera que les transactions électroniques effectuées entre entreprises dites business to business (B2B) et sera acquittée dans les mêmes conditions que la TVA.

"Il faut faire prévaloir l'équité entre les différents supports de publicité. La publicité à la télévision comme dans la presse papier est soumise à taxation. Le statut quo entraînerait une distorsion de concurrence", a justifié M. Marini.

"La taxation des annonceurs est la seule solution, compte tenu de la localisation hors de France des principaux vendeurs d'espace publicitaire en ligne, tels que Google", précise l'exposé des motifs de l'amendement.

Le ministre du Budget François Baroin s'est dit "réservé car rien n'indique que la tarification des prestataires sera revue à la baisse", réclamant "du temps et de l'expertise". Il s'en est remis "à la sagesse" des sénateurs.

"D'ici la Commission Mixte Paritaire (CMP, chargée d'établir une version commune entre les lectures de l'Assemblée nationale et du Sénat), nous pourrons trouver des améliorations, mais nous ne pouvons reculer", a répondu M. Marini.

M. Marini a en revanche retiré un deuxième amendement sur internet par lequel il proposait de taxer de 0,5 % le commerce électronique.

"C'est un amendement de principe pour fixer un cap, pour une prise de conscience dans un monde qui évolue et dont la fiscalité doit aussi évoluer, compte tenu de la part croissante du commerce en ligne" a-t-il souligné à l'issue d'un long débat.

Première publication : 23/11/2010

COMMENTAIRE(S)