Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

Sports

Nadal et Djokovic remportent leurs premiers matchs

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/11/2010

Après avoir concédé le premier set, l'Espagnol Rafael Nadal a renversé la situation pour battre l'Américain Andy Roddick (3-6, 7-6 (7/5), 6-4). Le Serbe Novak Djokovic s'est lui imposé face à Tomas Berdych (6-3, 6-3).

AFP - Rafael Nadal a renversé une situation compromise pour s'imposer face à l'Américain Andy Roddick en trois sets 3-6, 7-6 (7/5), 6-4, dans son premier match du Masters, lundi à Londres.

Après avoir perdu la première manche, l'Espagnol a encore cédé son engagement au début de la deuxième, se retrouvant mené 2 jeux à 1. Dominé au service, le N.1 mondial n'avait jusqu'alors pas pu compenser du fond du court, ses coups ne faisant pas assez mal sur la surface qui lui convient le moins.

Le Texan connaissait le goût de la victoire contre Nadal pour l'avoir déjà battu à trois reprises, la dernière fois au printemps à Miami. Mais il n'a pas su enfoncer le clou, reperdant immédiatement sa mise en jeu.

L'Espagnol a alors enfin haussé le ton au service (5 aces dans le deuxième set), tout en ajustant le tir au passing. Roddick n'a plus obtenu une seule balle de break jusqu'à la fin match.

Avec cette victoire à l'arraché, Nadal a déjà fait mieux que l'année dernière, lorsqu'il avait quitté Londres sur trois défaites, mais il n'aura convaincu personne de sa capacité à remporter le Masters.

Le dernier tournoi de la saison est l'épreuve la plus prestigieuse qui lui manque, tous les autres grands trophées du tennis figurant déjà à son palmarès (les quatre Grands Chelems, les jeux Olympiques, la Coupe Davis).

Djokovic sans bavure

Le Majorquin continue à connaître des difficultés en salle, où il n'a remporté qu'un seul de ses 43 titres, en 2006 à Madrid, surtout contre les gros serveurs comme Roddick (17 aces lundi).

Plus que la rapidité de la surface, que tous les joueurs jugent modérée à l'O2 Arena, c'est le rebond bas qui le gêne. "La balle n'a pas de vie", dit-il.

L'Espagnol, assuré de terminer la saison à la première place quel que soit le résultat du Masters, s'est pourtant préparé le mieux possible, déclarant notamment forfait pour de Paris-Bercy afin de soigner un début de tendinite à l'épaule et d'arriver plus frais à Londres. Il s'agissait de son premier match depuis le tournoi de Shanghai mi-octobre.

Nadal affrontera mercredi Novak Djokovic dans son deuxième match du groupe A.

A dix jours de la finale de la Coupe Davis contre la France, le Serbe a réussi à se concentrer sur son Masters pour s'imposer sans bavure 6-3, 6-3 face à Tomas Berdych.

"C'est tout sauf facile. Tout le monde sait que la Coupe Davis, c'est très spécial. Tout le monde attend ça. Mais j'arrive à contrôler mes émotions", a assuré le N.3 mondial.

Le Tchèque, qui disputait son premier match dans un Masters, n'a pas échappé à la nervosité des novices face au plus expérimenté, bien que plus jeune, Djokovic, vainqueur de l'épreuve en 2008.

Première publication : 23/11/2010

  • TENNIS - FINALE DES MASTERS

    Federer et Murray s'imposent d'entrée de jeu

    En savoir plus

  • TENNIS

    Le gratin du tennis mondial presse l'ATP d'alléger le calendrier

    En savoir plus

  • MASTERS DE PARIS-BERCY

    Gaël Monfils passe une seconde fois à côté du titre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)