Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

Amériques

Violents affrontements entre la police et les narcotrafiquants à Rio

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/11/2010

Depuis le début de la semaine, de sanglants affrontements opposent narcotrafiquants et policiers à Rio. Cette escalade de violence jette un doute sur la capacité de la ville à assurer le bon déroulement du Mondial-2014 et des JO-2016.

AFP - Après trois jours de violences dans les rues de Rio où des bus ont été incendiés et des postes de police mitraillés, douze trafiquants de drogue présumés ont été tués dans des opérations policières menées dans les favelas.

Mercredi, dix trafiquants ont été tués par la police entrée en force dans des favelas alors que la veille deux autres étaient morts au cours d'échange de tirs entre narcos et forces de l'ordre.

Cette escalade de violences déclenchées lundi à l'aube jette une nouvelle fois un doute sur la capacité de Rio d'organiser en toute sécurité les deux principaux événements sportifs de la planète, le Mondial de football en 2014 et les Jeux Olympiques en 2016.

Dans la nuit de mardi à mercredi, dix-huit véhicules dont cinq autobus et un mini-bus ont été incendiés et un poste de police mitraillé. Des images de bus en flammes dans divers quartiers de la ville passaient en boucle à la télévision.

Les attaques de la nuit, qualifiées de scènes de "guérilla" par la presse, ont eu lieu sur de grands axes routiers, tels que la "Linha vermelha" qui conduit à l'aéroport international, semant la panique dans divers quartiers de la ville de plus de six millions d'habitants.

Le gouverneur de Rio, Sergio Cabral a lancé "un appel au calme" à la population.

"Ces actions ne sont pas une menace mais un acte désespéré des criminels", a dit le gouverneur à la radio CBN.

Dans la plupart des cas les assaillants interceptent le véhicule, font descendre les passagers, l'arrosent d'essence et y mettent le feu. Dans les quartiers sensibles de la banlieue nord et ouest, de nombreux écoliers ont préféré rester chez eux.

Selon les autorités, ces violences sont une riposte à la création il y a deux ans des Unités de police pacificatrice dites UPP qui visent à rétablir la paix et les services de l'Etat dans les quartiers pauvres contrôlés par les trafiquants.

Le but des narcos est de "terroriser" la population et d'intimider le guvernement local, affirment les experts en violence.

Le secrétaire à la Sécurité de l'Etat, José Mariano Beltrame, a déclaré que d'après les services de renseignement, deux grandes factions rivales de narcotrafiquants ont fait une trêve pour s'unir et tenter de déstabiliser les UPP qui les a chassé des favelas.

Il s'agirait du Comando vermelho et de l'ADA ("amis des amis") qui dominent les deux plus grandes favelas de Rio, celles de la Rocinha (sud) et du Complexo do Alemao (nord).

M. Beltrame avait prévenu merdi soir qu'il "durcirait" la répression si les violences continuaient.

"Les perdants seront ceux qui parient sur la destabilisation. C'est ce que les bandits essayent de faire avec ces attaques (...) Si les violences continuent nous doublerons les effectifs de police", a-t-il affirmé.

Mercredi, 1.200 policiers ont été sortis des bureaux et mis dans la rue et toutes les casernes ont été mises en alerte.

En réponse à ces violences déclenchées dimanche, les autorités avaient déjà mobilisé des centaines de policiers pour investir vingt-deux favelas d'où viennent les trafiquants. Deux trafiquants présumés avaient été tués.

A ce jour, treize favelas, situées essentiellement dans les zones résidentielles, ont été pacifiées et plus de 200.000 habitants se sont affranchis de l'ordre imposé par les trafiquants.

A Rio, près de deux millions d'habitants (soit un tiers de la population intra-muros de la ville) vivent dans plus de mille favelas. D'ici à 2014, cent d'entre elles seront pacifiées.
 

Première publication : 24/11/2010

  • MEXIQUE

    La guerre contre les cartels de la drogue est-elle perdue ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)