Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

SUR LE NET

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

  • L’UE adopte une nouvelle salve de sanctions contre la Russie

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Société Générale : Jérôme Kerviel bénéficiera d’un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

Asie - pacifique

Barack Obama apporte son soutien à la Corée du Sud

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/11/2010

Barack Obama a réitéré son soutien "inébranlable" à la Corée du Sud au lendemain de l'attaque nord-coréenne dont elle a été la cible. Pour le chef de l'État américain, Pyongyang "constitue une menace sérieuse dont il faut s'occuper".

AFP - Le président américain Barack Obama a dénoncé mardi soir la "menace" posée par la Corée du Nord après le bombardement par ce pays d'une île sud-coréenne et appelé la Chine à faire pression sur son allié.

"Les Américains ont besoin de la Chine"

"Nous voulons nous assurer que toutes les parties dans la région reconnaissent que ceci constitue une menace sérieuse et continue dont il faut s'occuper", a déclaré M. Obama lors d'un entretien télévisé, moins de 24 heures après le tir de dizaines d'obus nord-coréens sur l'île de Yeonpyeong.

Le président américain - qui a réitéré le soutien "inébranlable" des Etats-Unis à la Corée du Sud - et son homologue sud-coréen Lee Myung-Bak sont également convenus lors d'une conversation téléphonique de tenir des manoeuvres militaires conjointes dans "les jours prochains", a annoncé la Maison Blanche. Selon l'agence sud-coréenne Yonhap, ces manoeuvres auront lieu dimanche.

De son côté, le ministre sud-coréen de la Défense, Kim Tae-Young, a annoncé le prochain déploiement de nouvelles batteries d'artillerie sur l'île.

Le bombardement, qui a tué deux soldats sud-coréens, a entraîné des tirs de riposte de Séoul, ce qui en fait l'un des incidents les plus graves dans la péninsule depuis la guerre de Corée (1950-1953).

La communauté internationale a unaniment condamné l'attaque, qui survient après la révélation d'un nouveau programme d'enrichissement d'uranium nord-coréen, à l'exception notable de la Chine, qui s'est contentée d'exprimer sa "préoccupation".

Des manœuvres militaires communes proches
Les médias chinois ont d'ailleurs rapporté mercredi le bombardement en évitant soigneusement de critiquer Pyongyang, alors que la presse sud-coréenne accusait le Nord de "crime de guerre" et appelait à riposter.

M. Obama, qui dispose de 28.500 soldats en Corée du Sud, s'est refusé à spéculer sur d'éventuelles représailles militaires américaines. Mais il a expressément demandé à la Chine de "clairement signifier à la Corée du Nord l'existence de règles internationales qu'elle doit respecter".

Le Premier ministre japonais, Naoto Kan, a lui aussi appelé Pékin à se joindre aux efforts pour retenir la Corée du Nord.

La Chine est considérée comme la seule puissance ayant une influence sur le régime de Pyongyang.

L'île de Yeonpyeong (environ 1.500 habitants) est située en mer Jaune, dans une zone que se disputent les deux Corées.

L'état-major sud-coréen a confirmé que des obus avaient atteint l'île, où se trouve un détachement de l'armée, qui a procédé à 80 tirs de riposte. L'armée a été placée en état d'alerte maximum.

Affirmant que les forces sud-coréennes avaient tiré en premier, le commandement suprême nord-coréen a promis de lancer "des attaques sans pitié, sans hésitation, si l'ennemi sud-coréen osait envahir nos eaux territoriales ne serait-ce que de 0,001 mm".

La communauté internationale s'indigne
De son côté, Séoul a promis des "représailles" en cas de nouvelles provocations nord-coréennes et a dans un premier temps suspendu une aide agricole et alimentaire promises à la Corée du Nord.

Les tirs nord-coréens ont eu lieu alors que Pyongyang avait protesté à plusieurs reprises contre des exercices militaires sud-coréens dans la zone.

Yeonpyeong est située juste au sud de la ligne frontalière décrétée par l'ONU après la guerre de Corée, mais elle se situe au nord de la ligne de partage revendiquée par Pyongyang. De graves incidents navals s'étaient produits dans la même zone en 1999, en 2002 et en novembre 2009.

Pour Kim Yong-Hyun, chercheur de l'université sud-coréenne Dongguk, ce bombardement "vise à accroître les tensions entre les deux Corées" et à unifier la population autour du régime de Pyongyang, au moment où s'engage le processus de succession en faveur de Kim Jong-Un, le plus jeune fils de Kim Jong-Il.

Première publication : 24/11/2010

  • Corée du Sud : "Le temps de la riposte"

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    La découverte des corps de deux civils portent le bilan de l'attaque de Pyongyang à quatre morts

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Échange de tirs à la frontière entre les deux Corées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)