Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

FRANCE

Face à la crise, François Fillon vante les mérites de la réforme

Vidéo par Pauline GODART

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/11/2010

Dans son discours de politique générale prononcé devant les députés, ce mercredi, le Premier ministre François Fillon a "assumé" le bilan de son gouvernement depuis sa prise de fonction en 2007 et assuré que "l'élan de la réforme était intact".

François Fillon prône la continuité des réformes. Devant les députés réunis à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a détaillé la feuille de route de son gouvernement jusqu’en 2012, à l'occasion de son discours de politique générale. Celui-ci a notamment déclaré "assumer" son bilan, avant d’assurer que son nouveau gouvernement avait l'obligation de continuer à réformer la France, parce que "la crise n'est pas finie".

"Il n'y aura pas de hausse d'impôts"

"Elle continue de muter. L'Europe est menacée de stagnation. La crise du surendettement n'est pas encore jugulée", a-t-il lancé.

Malgré cet avertissement, François Fillon s’est voulu rassurant quant à l’avenir économique du pays. "La bataille de la croissance est commencée. Je dis aux Français que la reprise est amorcée. Notre taux de croissance en 2010 sera supérieur à 1,5 % et la cible de 2 % en 2011 est clairement à notre portée", a-t-il ajouté, confirmant les hypothèses gouvernementales déjà connues.

Pour atteindre cet objectif, le Premier ministre a précisé qu’il n’y aurait "plus de dépenses publiques supplémentaires pour relancer la croissance", ni "de hausses d'impôts". Il a, en revanche, confirmé que sur sa feuille de route figurait la création d’un nouvel impôt sur le patrimoine qui doit se substituer à l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), comme l’avait annoncé le président Nicolas Sarkozy dans son intervention télévisée du 16 novembre dernier.

"Notre première priorité, c'est la croissance au service de l'emploi"
Toujours en matière de fiscalité, le Premier ministre a laissé entendre que le gouvernement était prêt à revoir le bouclier fiscal, véritable symbole du quinquennat Sarkzoy. "Avec le bouclier fiscal, nous avons cherché à limiter les effets d'une fiscalité inadaptée mais, il faut le dire, sans traiter le mal à la racine", a-t-il expliqué. Ces pistes pour réformer la fiscalité seront dévoilées "avant l'été 2011".

La maîtrise de la dépense publique inscrite "dans la Constitution" ?


Alors que la France pourrait figurer sur la liste des prochains pays de la zone euro connaissant une crise liée à l’endettement publique, François Fillon s’est montré fidèle à son image de "père la rigueur". Il a ainsi souhaité "inscrire dans notre Constitution des principes garantissant la maîtrise des finances publiques".

Dans sa quête d’assainissement, François Fillon souhaite notamment réguler les dépenses de santé publique. Le Premier ministre a ainsi précisé que la concertation nationale sur la dépendance, le chantier le plus important de la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy, serait élargie à toute la protection sociale.


Après la réforme des retraites, cette concertation devra "examiner les voies et les moyens de réguler les dépenses de santé, de fixer la part des régimes obligatoires et complémentaires et de diversifier les modes de financement", a-t-il ajouté avant de vanter, une nouvelle fois, en guise de conclusion, la nécessité de poursuivre les réformes, sous les applaudissements des députés de droite.

Première publication : 24/11/2010

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Fillon dévoile la feuille de route de son gouvernement devant les députés

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Fillon, grand vainqueur du remaniement ministériel

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Fillon, indéboulonnable Premier ministre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)