Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

FRANCE

Vaste opération de police dans une cité de Marseille

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/11/2010

Suivie par une trentaine de journalistes, la police a mené, dès l'aube ce mercredi, une opération d'envergure au Clos La Rose, cité du nord de Marseille où un jeune de 16 ans a été tué par balle vendredi.

AFP - Une vaste opération de police a été lancée mercredi à l'aube, en présence de nombreux médias, dans la cité du nord de Marseille où un adolescent de 16 ans a été tué et un enfant de 11 ans blessé vendredi sur fond de trafic de drogue, a constaté une journaliste de l'AFP.

Entre 180 et 200 hommes se sont déployés dans les blocs de la cité du Clos La Rose (13e arrondissement), sous l'autorité du préfet délégué à la sécurité, Philippe Klayman.

De nombreux journalistes - une trentaine au moins - assistaient à l'opération lancée à partir de 06H00 du matin avec des membres de la police judiciaire, des CRS, de la brigade cynophile.

Au cours de l'intervention des forces de l'ordre, qui s'est déroulée dans le calme, deux jeunes, présentés comme de possibles guetteurs, ont été interpellés et une petite dose de cannabis a été trouvée sur l'un d'entre eux, selon un enquêteur. Trois motos, trois scooters et un quad ont également été saisis.

"On s'inscrit dans la durée, toutes les cités de Marseille vont y passer, et plusieurs fois", a déclaré le préfet Klayman à l'AFP.

L'opération se déroule dans le cadre de deux enquêtes parallèles, une de la police criminelle et une de la sécurité publique.

Les journalistes ont pu accompagner les enquêteurs dans les caves, mais pas dans les appartements.

Un enquêteur assurait que cette opération visait "à confisquer tout élément permettant de commettre des infractions, pour rendre le quotidien des malfaiteurs plus difficile, en saisissant leur véhicule, leurs armes éventuelles et tout ce qui touche aux stups".

Interrogés par l'AFP, plusieurs habitants, s'exprimant depuis les fenêtres de leurs habitations, se sont dits globalement satisfaits de cette présence policière, certains regrettant toutefois que les forces de l'ordre ne soient pas intervenues avant le drame.

Une ancienne habitante, Assia, dont le neveu jouait vendredi soir à proximité de la fusillade, a crié sa "haine", qualifiant les policiers de "clowns".

"Ici c'est pas un gros réseau, ce sont des pauvres jeunes livrés à eux-mêmes que personne ne veut aider. C'est depuis qu'il y a Sarkozy que c'est devenu la guérilla. Il a dit: +je vais nettoyer les quartiers au Kärcher+, aujourd'hui c'est les jeunes qui se tuent à la Kalachnikov. Es-ce que c'est normal, tout ça?", a-t-elle lancé aux journalistes.

Entre les bâtiments, à l'endroit précis où avait été abattu le jeune homme d'une rafale de fusil d'assaut Kalachnikov, ont été déposés des bouquets de fleurs, des bougies, des messages, une photo de l'adolescent.

D'autre opérations "coup de poing", selon les termes du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux lundi, ont été menées dans des cités marseillaises pour tenter d'enrayer la vague de violence qui touche cette ville. Ainsi, mardi, c'était la cité des Néréides, au sud, qui a été passée au crible.

Première publication : 24/11/2010

  • FRANCE

    Brice Hortefeux annonce l'envoi de renforts policiers à Marseille

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un adolescent tué lors d'une fusillade à Marseille

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)