Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

Biens mal acquis : l'entourage du président dénonce une manipulation

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/11/2010

Au lendemain de l’ouverture d'une enquête préliminaire à Paris, le porte-parole du gouvernement camerounais réagissait sur France24. Selon Issa Tchirouma, les accusations de détournement sont liées à l’approche de l’élection présidentielle.

Le porte-parole du gouvernement camerounais, Issa Tchirouma, a réagi jeudi soir sur l’antenne de France24 à la plainte visant le président Biya en dénonçant une manipulation politique, alors que l’élection présidentielle approche dans cet Etat d’Afrique centrale. 

"L’approche de l’élection est le moment propice pour administrer les coups les plus sordides", a réagi M. Tchirouma, ajoutant que la plainte déposée par l’Union pour une Diaspora Active (UDA) n’était "qu’un coup d’épée dans l’eau". 

Plus tôt dans la journée, M. Tchirouma avait dénoncé auprès de l’Agence France Presse une plainte instrumentalisée par des "commanditaires qui veulent ternir l'image du Cameroun à travers son chef d'Etat" ou sont eux-mêmes candidats à la présidentielle qui devrait avoir lieu en octobre 2011.

La double-casquette de Célestin Djamen 

Le parquet de Paris a ouvert mercredi une enquête préliminaire suite à la plainte déposée par l’UDA – une association de ressortissants camerounais active en France et en Belgique – pour "recel de détournement de fonds publics". La plainte vise le président Biya, que l’UDA accuse d’enrichissement personnel. Paul Biya est à la tête du Cameroun depuis 1982. 

En évoquant la présidentielle camerounaise et une tentative de déstabilisation politique, Issa Tchirouma vise indirectement l’auteur de la plainte de l’UDA, Célestin Djamen. Ce dernier est en effet à la fois président de l’UDA et probable candidat de l’opposition à la présidentielle sous les couleurs du Front Social Démocratique (SDF)

"Biya a éradiqué la corruption" 

Issa Tchirouma, qui est également ministre de la Communication, a aussi rejeté les soupçons selon lesquels le président Biya possèderait en France un très confortable patrimoine. Des "mensonges grotesques", de la "diffamation" d’après M. Tchirouma, qui précise que "la sérénité de Biya est imperturbable" car "ces accusations ne le concernent pas". 

En juin 2009, un rapport du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) pointait dans un rapport intitulé "Biens mal acquis, à qui profite le crime ?" les richesses qu'aurait accumulé Paul Biya en plus de 30 ans de règne à la tête du Cameroun. Le rapport évoquait l’achat de châteaux en France et en Allemagne, ainsi que de nombreuses sociétés dans les secteurs du bois et des mines. "Ce ne sont pas les accusations d’une ONG qui pourraient mettre à mal ces relations excellentes" entre Paris et Yaoundé, a ajouté le porte-parole du gouvernement camerounais. 

"Biya a éradiqué la corruption", a-t-il précisé, prenant pour preuve le "nombre de collaborateurs accusés de corruption et mis en prison". "La lutte contre la corruption est le cheval de bataille numéro un du président", a conclu Issa Tchirouma.

Première publication : 25/11/2010

  • FRANCE - AFRIQUE

    Bien mal acquis : ouverture d'une enquête contre le président camerounais Paul Biya

    En savoir plus

  • FRANCE - AFRIQUE

    La justice française va pouvoir enquêter sur l'affaire des "biens mal acquis"

    En savoir plus

  • FRANÇAFRIQUE

    La justice refuse d’ouvrir une enquête dans l'affaire des "biens mal acquis"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)