Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris retrouve son Picasso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa : histoire d'une photo

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attaque d'Ottawa : Stephen Harper caché dans un placard

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tempête au Parti socialiste : "PS, cela ne veut pas dire PlayStation"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

UE : la tension monte sur les budgets

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion?

En savoir plus

Amériques

La Colombie et l'Équateur rétablissent leurs relations diplomatiques

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/11/2010

"Nous avons pris la décision de rétablir pleinement nos relations" avec l'Équateur, a annoncé vendredi le ministère des Affaires étrangères colombien. Cette étape met fin à 21 mois de rupture après un bombardement colombien visant les FARC.

AFP - Le président colombien Juan Manuel Santos et son homologue équatorien Rafael Correa ont décidé vendredi au Guyana de rétablir "totalement" les relations diplomatiques de leurs deux pays, a annoncé la ministre colombienne des Affaires étrangères, Maria Angela Holguin.

"Nous avons pris la décision de rétablir pleinement nos relations. Nous célébrons ce pas en avant si important pour nos peuples", s'est félicité M. Santos après une brève réunion avec M. Correa.

En novembre, après une rupture de 21 mois, les deux pays avaient renoué au niveau des chargés d'affaires et avaient ensuite manifesté à plusieurs reprises leur intention de rétablir pleinement leurs relations bilatérales.

Quito avait rompu ses liens avec Bogota après le bombardement colombien d'un campement de la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) en Equateur le 1er mars 2008, qui avait fait 25 morts, dont le numéro deux des Farc, Raul Reyes.

Le bombardement avait été ordonné par Juan Manuel Santos, alors ministre de la Défense du président colombien Alvaro Uribe.

M. Santos et M. Correa se sont cependant rapprochés depuis que l'ex-ministre est devenu président. Juan Manuel Santos a notamment remis à son homologue, le jour de son investiture, des copies du contenu des ordinateurs de Raul Reyes, une exigence de l'Equateur pour normaliser pleinement ses relations avec la Colombie.

Première publication : 26/11/2010

COMMENTAIRE(S)