Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Le Parlement vote une rallonge de 44 milliards d'euros pour le nouveau plan de soutien

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/11/2010

La Chambre basse japonaise a adopté, vendredi, une rallonge budgétaire de 44 milliards d'euros pour un deuxième plan de soutien, destiné à aider l'économie japonaise menacée par la déflation et le niveau élevé du yen.

AFP - Le Parlement japonais a adopté vendredi une rallonge budgétaire de 4.800 mds de yens (44 milliards d'euros) pour financer un nouveau plan de soutien à l'économie destiné à éviter la menace d'une récession.

La puissante Chambre basse, dominée par le parti au pouvoir du Premier ministre Naoto Kan, le Parti démocratique du Japon, l'emporte sur un vote hostile du Sénat, contrôlé par l'opposition, qui s'était prononcé plus tôt vendredi contre cette rallonge budgétaire, d'un montant de 4.800 milliards de yens.

Le plan, destiné à donner un coup de pouce à l'économie japonaise menacée par la déflation et la cherté du yen, prévoit des mesures de soutien à l'emploi ainsi qu'aux petites et moyennes entreprises, des dépenses pour le système de soins et pour développer les infrastructures.

Il s'agit du deuxième plan de relance de l'administration Kan depuis son arrivée au pouvoir en juin dernier.

L'exécutif de M. Kan s'est engagé à tout faire pour dégager des fonds sans recourir à l'émission de nouveaux bons du Trésor afin de ne pas creuser la dette publique niponne, déjà colossale (près de 200% du Produit intérieur brut, la proportion la plus importante parmi les pays développés).

L'état de l'économie japonaise contrarie ses ambitions.

Les prix à la consommation au Japon, hors produits périssables, ont baissé de 0,6% sur un an en octobre, leur 20e recul mensuel d'affilée, a annoncé vendredi le ministère des Affaires intérieures, laissant craindre une poursuite de la déflation pendant encore de longs mois.

Par ailleurs jeudi, le ministère des Finances avait annoncé que la hausse des exportations japonaises a nettement ralenti en octobre, faisant craindre pour la croissance du pays, largement dépendante du commerce international.

Les exportations ont augmenté de 7,8% sur un an, à 5.724 milliards de yens (50,7 milliards d'euros), soit presque deux fois plus lentement qu'en août et en septembre. Cette progression est la plus faible depuis le début de l'année.

Les analystes ont minimisé l'impact probable sur la croissance de la rallonge budgétaire votée vendredi, jugeant le gouvernement exagérément optimiste.

"L'impact de ces dépenses supplémentaires sera probablement trop faible pour être ressenti", a déclaré Toshihiro Nagahama, économiste en chef au Dai-Ichi Life Research Institute.

"Il est toujours possible que le produit intérieur brut du Japon se contracte" durant les deux trimestres à venir en raison du ralentissement des exportations, faisant sombrer la troisième économie mondiale dans la récession, a-t-il ajouté.

La rallonge budgétaire augmenterait la croissance japonaise en 2011 de 0,3 point au maximum, a estimé M. Nagahama, jugeant irréaliste la prévision gouvernementale d'une hausse de 0,6 point de pourcentage.

Le gouvernement avait approuvé en septembre un plan de relance de 915 milliards de yens destiné à créer quelque 200.000 emplois et à élever de 0,3 point le PIB, mais il avait été jugé insuffisant.

Première publication : 26/11/2010

  • JAPON

    Le gouvernement entérine un plan de relance de 44 milliards d'euros

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)