Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Amériques

Washington se prépare aux prochaines révélations de WikiLeaks

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/11/2010

Le département d'État américain a multiplié les contacts diplomatiques avec certains de ses alliés qui pourraient être compromis par les révélations prochaines de WikiLeaks. Le site s'apprêterait à publier des câbles diplomatiques.

Le département d’État américain est pris d’agitation, voire de panique depuis que le site WikiLeaks a annoncé, le 22 novembre, la publication prochaine de nouveaux documents confidentiels américains.

WikilLeaks a prévenu que sa prochaine publication ferait sept fois la taille des "Carnets de guerre d'Irak", qui comprenaient déjà 400 000 documents publiés le 22 octobre dernier. "Les prochains mois verront un nouveau monde, où l'histoire mondiale est redéfinie", fanfaronne un autre message de WikiLeaks.

Selon des sources ayant connaissance du contenu des documents à paraître, il s’agirait de milliers de câbles diplomatiques faisant état d'allégations de corruption contre des responsables politiques en Russie, en Afghanistan et dans des pays d'Asie centrale. Des allégations qui n’embarrasseraient donc pas uniquement les États-Unis, mais aussi certains gouvernements étrangers.

Washington prend cette fuite "avec la plus grande gravité"

Le risque semble donc important et Washington s’efforce de prendre les devants. Depuis plusieurs jours, des diplomates américains rencontrent leurs homologues de divers pays alliés dont le Royaume-Uni, Israël et l’Australie.

WikiLeaks, friand des effets d’annonce, ne manque d'ailleurs pas de mentionner sur Twitter chaque rencontre entre les diplomates américains et leurs alliés.

L'ambassade américaine à Tel Aviv a informé le ministère israélien des Affaires étrangères que certains documents pourraient concerner les relations entre les deux États, précise le quotidien Haaretz citant un haut responsable israélien.

"Les Américains nous ont fait savoir qu'ils considéraient cette fuite avec la plus grande gravité (...) Ils ne savent pas ce qu'elle contient exactement mais nous en ont informés pour que nous ne l'apprenions pas par la presse", affirme ce même responsable.

Outre ces prises de contacts, les départements d'État et de la Défense ont mis sur pied des groupes qui seront chargés d'analyser les fuites après leur publication et d’en gérer les répercussions.

Les révélations d’octobre dernier sur l'Irak se concentraient en majorité sur des exactions commises entre différentes factions irakiennes. Elles n’avaient alors mis en cause que les États-Unis et l’Irak.

Washington pourrait être bien plus embarrassé par la divulgation de documents rédigés par ses diplomates, en particulier s'ils mettent en cause des partenaires étrangers des États-Unis.

 

 

 

Première publication : 26/11/2010

  • INTERNET

    WikiLeaks promet de nouvelles révélations fracassantes

    En savoir plus

  • SUÈDE

    La justice suédoise ordonne l'arrestation du fondateur de WikiLeaks pour viol

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Pourquoi les nouvelles révélations de WikiLeaks ne passionnent pas les Américains

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)