Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

EUROPE

La coalition pro-européenne donnée gagnante aux législatives

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/11/2010

L'alliance tripartite au pouvoir en Moldavie a largement remporté les élections législatives de dimanche, au vu des sondages à la sortie des urnes rendus publics après la clôture des bureaux de vote.

AFP - La coalition pro-européenne en Moldavie a remporté dimanche les élections législatives et aurait la majorité qualifiée pour élire enfin le président du pays le plus pauvre d'Europe, mettant un terme à un an et demi de crise politique, selon deux sondages sortie des urnes.

Trois formations de l'actuelle coalition -- le Parti libéral-démocrate du Premier ministre Vlad Filat, le Parti démocrate et le Parti libéral du président du Parlement Mihaï Ghimpu -- devancent largement les communistes, en chute libre rapport au précédent scrutin de l'été 2009.

Les trois partis de la coalition recueilleraient 65,1% des voix, selon l'Institut roumain d'analyse et de stratégie, et 56,2% d'après le Centre de recherche sociologique et de marketing CDS-AXA.

Le Parti communiste, qui milite pour un renforcement des liens avec Moscou, est crédité respectivement de 26 et 33,8% des voix, tandis que la participation atteint environ 60%, en légère hausse comparé aux législatives de juillet 2009.

Si ces chiffres se confirment, les trois partis de la coalition pro-occidentale pourraient obtenir les 61 sièges nécessaires au Parlement, sur un total de 101, pour élire le président de cette ancienne république soviétique.

Ces chiffres marquent une percée du Parti libéral-démocrate dont le score oscille entre 32,2 et 34,4% des voix, contre 16,57% au précédent scrutin de juillet 2009, alors que le Parti communiste s'effondre après avoir recueilli 44,69% des suffrages il y a un an et demi.

"Ces résultats montrent que l'impossible est possible", s'est réjoui M. Filat après la clôture du scrutin.

Les premiers résultats officiels publiés par la Commission électorale Centrale sont attendus vers 23H00 locales (21H00 GMT).

Aucun des autres partis -- notamment l'Alliance Notre Moldavie, qui était la quatrième formation de la coalition actuellement au pouvoir -- n'a franchi le seuil des 4% pour entrer au Parlement, selon les deux sondages.

Le Parlement actuel a été dissout car la coalition qui a remporté le scrutin de l'été 2009 ne disposait pas des 61 députés nécessaires sur un total de 101 pour élire le président du pays.

Avant elle, les communistes n'avaient pas non plus réussi à réunir cette majorité à l'issue des législatives d'avril 2009. Des émeutes avaient alors éclaté, sur fond de soupçons de fraudes électorales orchestrées par les communistes, au pouvoir entre 2001 et 2009.

La coalition pro-européenne a tenté de sortir la Moldavie de cette impasse en organisant début septembre un référendum pour la tenue d'une présidentielle au suffrage universel direct. Mais la participation a été trop faible et le scrutin a dû être annulé.

Quelque 2,6 millions d'électeurs de ce petit pays roumanophone enclavé entre la Roumanie et l'Ukraine étaient appelés à se rendre aux urnes pour choisir leurs députés parmi un nombre record de 20 partis et 19 candidats indépendants.

Peuplée de 4,3 millions d'habitants, la Moldavie est plongée dans la misère depuis la chute de l'URSS. Son économie repose en grande partie sur son agriculture, l'industrie étant située en Transdniestrie, territoire rebelle pro-russe à l'est du pays qui a autoproclamé son indépendance en 1991.

Entre 500.000 et un million de Moldaves vivent et travaillent à l'étranger et leurs revenus sont essentiels au fonctionnement du pays.

Première publication : 28/11/2010

COMMENTAIRE(S)