Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

FRANCE

L'Italie extrade le "djihadiste français" Ryad Hannouni vers la France

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/11/2010

L'Italie a extradé Ryad Hannouni vers la France ce lundi. Le jeune djihadiste, né à Aubervilliers, avait été interpellé à Naples début septembre alors qu'il revenait des zones de combat à la frontière pakistano-afghane.

AFP - Le "jihadiste français" Ryad Hannouni, interpellé début septembre à Naples, dans le sud de l'Italie, alors qu'il revenait des zones de combat dans la région frontalière pakistano-afghane, a été extradé lundi en France, a-t-on appris de source judiciaire.

Arrivé à Roissy-Charles-De-Gaulle dans la journée, il devait être présenté dans la soirée à un juge antiterroriste parisien en compagnie de son avocat, Me Arié Alimi, a indiqué une source proche du dossier.

Ryad Hannouni, né à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), avait été identifié par la police italienne alors qu'il rentrait en Europe après avoir combattu dans les zones tribales de la frontière pakistano-afghane.

Ces jihadistes qui entreprennent de rentrer sont la "principale inquiétude" des Européens, selon une source proche des services français. Ils craignent que ces combattants aguerris ne soient en mesure de fédérer et d'organiser des groupes, pour l'heure informels et atomisés.

L'interpellation de Hannouni avait été suivie de celle de plusieurs personnes dans le sud de la France début octobre. La police souhaitait les interroger sur leurs liens avec Hannouni.

Première publication : 29/11/2010

  • FRANCE

    Un des djihadistes présumés espérait obtenir l'onction d'Al-Qaïda

    En savoir plus

  • FRANCE

    Arrestation de cinq djihadistes présumés en Île-de-France

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mise en examen d'un Français soupçonné de recruter des combattants islamistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)