Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

FRANCE

L'Italie extrade le "djihadiste français" Ryad Hannouni vers la France

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/11/2010

L'Italie a extradé Ryad Hannouni vers la France ce lundi. Le jeune djihadiste, né à Aubervilliers, avait été interpellé à Naples début septembre alors qu'il revenait des zones de combat à la frontière pakistano-afghane.

AFP - Le "jihadiste français" Ryad Hannouni, interpellé début septembre à Naples, dans le sud de l'Italie, alors qu'il revenait des zones de combat dans la région frontalière pakistano-afghane, a été extradé lundi en France, a-t-on appris de source judiciaire.

Arrivé à Roissy-Charles-De-Gaulle dans la journée, il devait être présenté dans la soirée à un juge antiterroriste parisien en compagnie de son avocat, Me Arié Alimi, a indiqué une source proche du dossier.

Ryad Hannouni, né à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), avait été identifié par la police italienne alors qu'il rentrait en Europe après avoir combattu dans les zones tribales de la frontière pakistano-afghane.

Ces jihadistes qui entreprennent de rentrer sont la "principale inquiétude" des Européens, selon une source proche des services français. Ils craignent que ces combattants aguerris ne soient en mesure de fédérer et d'organiser des groupes, pour l'heure informels et atomisés.

L'interpellation de Hannouni avait été suivie de celle de plusieurs personnes dans le sud de la France début octobre. La police souhaitait les interroger sur leurs liens avec Hannouni.

Première publication : 29/11/2010

  • FRANCE

    Un des djihadistes présumés espérait obtenir l'onction d'Al-Qaïda

    En savoir plus

  • FRANCE

    Arrestation de cinq djihadistes présumés en Île-de-France

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mise en examen d'un Français soupçonné de recruter des combattants islamistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)