Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Amériques

Ce qu’il faut savoir sur le "cablegate" provoqué par WikiLeaks

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/11/2010

WikiLeaks a transmis plus de 250 000 télégrammes diplomatiques américains à plusieurs journaux, dont des archives qui remontent parfois jusqu'aux années 1960. Petit aperçu des clés qui permettent de comprendre l’ampleur de cette fuite.

 

Combien de documents sont concernés par cette fuite ?
 
251 287 documents [ou "cables", en anglais, ndlr]. Ces pièces ont été envoyées depuis plus de 250 ambassades et consulats des Etats-Unis dans le monde. Elles sont divisées en six catégories : secrets à ne pas montrer à des non-Américains, secrets, confidentiels à ne pas montrer à des non-Américains, confidentiels, non-classés à usage officiel et non-classés. Ces archives ne contiennent pas de télégrammes "top secret".
 
Quelle est l’importance de cette fuite ?
 
Les États-Unis ont durement condamné la publication de ces documents. Elle serait "irresponsable et dangereuse" faisant "courir des risques à nos diplomates, aux membres de la communauté du renseignement, et aux gens du monde entier qui font appel aux Etats-Unis pour les aider". De par l’absence des télégrammes "top secret", les aspects les plus controversés de la diplomatie américaine n’apparaissent pas dans ces révélations. Néanmoins, sur le site français de "data journalisme" Owni.fr, Jean-Dominique Merchet, ancien spécialiste des questions de Défense à Libération et directeur adjoint de la rédaction de Marianne, estime que "les diplomates du monde entier vont être réticents à partager des informations avec le pays, redoutant de les voir sur Internet dans les six mois qui suivent. Une chose est sûre : WikiLeaks affaiblit les États-Unis politiquement".
 
Quelle est la période couverte par ces documents ?
 
Le plus vieux télégramme provient d’Argentine. Il a été transmis en 1966, l’année du début de la dictature de Juan Carlos Ongania. Mais 90% des documents ont été envoyés entre 2004 et novembre 2010. 50 000 l’ont été alors que Barack Obama était déjà président des États-Unis.
 
D’où proviennent ces documents ?
 
Ils sont tous issus de SPIRNet (Secret Internet Protocol Router Network), le principal réseau informatique utilisé par le Département de la Défense des Etats-Unis pour transmettre des documents classés. Seuls les dossiers classifiés "top secret" ne sont pas présents sur SPIRNet et transitent sur un autre réseau dont l’accès est plus restreint. Pour pouvoir utiliser SPIRNet, il faut détenir un accès de niveau "secret" qu’environ 2,5 millions d’Américains possèdent.
 
Pourquoi tous les télégrammes ne sont-ils pas téléchargeables ?
 
Pour la première fois, WikiLeaks a décidé de ne pas publier directement sur son site tous les documents, mais de remettre d’abord cette somme d’informations à cinq journaux : Le Monde (France), El Pais (Espagne), Der Spiegel (Allemagne), le New York Times (États-Unis), The Guardian (Royaume-Uni). Ces médias publieront ces télégrammes au fur et à mesure qu’ils seront traités par les rédactions. Les documents sont expurgés des noms des personnes qui pourraient être mises en danger par ces révélations.
 
Quels sont les pays les plus concernés par ces fuites ?
 
La plupart des télégrammes proviennent de Washington (8017). Ankara, en Turquie, est la deuxième ville au monde d’où sont issus ces documents (7918). On trouve ensuite Bagdad (6677) et Tokyo (5697). Pour l’Europe occidentale, c’est Paris qui détient le record de télégrammes envoyés (3775). Le nombre de documents en provenance de la Chine est étonnamment faible (3297) malgré les relations tendues qu'elle entretient avec les États-Unis.
 
Quels sont les sujets abordés ?
 
Les deux thèmes les plus importants sont les relations politiques avec les pays étrangers (145 451 documents) et les affaires intérieures de ces pays (122 896). Les droits de l’Homme occupent la troisième position (55 211) et les problèmes économiques des États (49 044) la quatrième.
 
Qui est à l’origine de ces fuites ?
 
La source demeure bien entendue anonyme mais le suspect numéro un est le militaire américain Bradley Manning. Ce jeune homme de 23 ans est détenu par les autorités américaines depuis mai dernier. Il est aujourd'hui inculpé pour avoir "communiqué, transmis et livré à une source non-autorisée des informations sur la défense nationale". Il avait été dénoncé par un hacker, Adrian Lamo, avec qui il discutait sur Internet et auprès de qui il s’était vanté d’avoir fait parvenir à WikiLeaks environ 260 000 télégrammes diplomatiques américains.
 

Première publication : 29/11/2010

  • INTERNET

    WikiLeaks révèle les dessous de la diplomatie américaine

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Washington se prépare aux prochaines révélations de WikiLeaks

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    WikiLeaks va publier des documents internes à la diplomatie américaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)