Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

  • Un Français enlevé en Algérie, le rapt revendiqué par un groupe lié à l'EI

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

Moyen-orient

En visite à Paris, Saad Hariri affirme entretenir de bonnes relations avec le Hezbollah

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/12/2010

Reçu à Paris par Nicolas Sarkozy, le Premier ministre libanais Saad Hariri s'est montré prudent au sujet du Tribunal spécial pour le Liban, qui enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri et a affirmé avoir de bonnes relations avec le Hezbollah.

AFP - Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a fait preuve de prudence vis-à-vis du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), qui enquête sur l'assassinat en 2005 de son père, Rafic Hariri, estimant que "personne ne connaît les actes d'accusation" de ce tribunal, mardi à Paris.

"Personne ne connaît les actes d'accusation" du TLS, créé en 2007 par l'ONU pour enquêter sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais, a affirmé M. Hariri à la presse, à l'issue d'une rencontre avec le président Nicolas Sarkozy.

"Je crois que beaucoup de choses ont été dites sur le tribunal international", a-t-il également regretté.

Au Liban, le Hezbollah chiite, qui appartient à la coalition gouvernementale de Saad Hariri, s'attend à être mis en cause dans l'assassinat du père de ce dernier.

Mais le plus puissant mouvement militaire du Liban ne cesse de répéter qu'il n'acceptera pas qu'un seul militant soit mis en cause et promet de "couper la main" de qui arrêtera des membres de son parti dans le cadre de l'enquête du tribunal.

Une éventuelle mise en cause du Hezbollah suscitant les craintes d'un regain de violences, tous les responsables politiques, de sécurité et les diplomates restent convaincus que personne n'osera arrêter des membres du parti.

"J'ai toujours des relations avec le Hezbollah, je crois que le Hezbollah est un parti politique assez important au Liban et la relation a été toujours une bonne relation avec le Hezbollah. Des fois, on a des différences, c'est normal, ça c'est la politique, c'est la démocratie et chacun a ses opinions et nous, on a nos opinions", a affirmé M. Hariri à la presse.

"Le tribunal international, la France l'a soutenu toujours, continue de le soutenir et il y a peut-être un dialogue qui doit se faire au Liban, qui se fait, et on va continuer dans ce chemin", a assuré M. Hariri.

"Mais la France refuse également toute menace contre le Liban, que ce soit de la part d'Israël ou toute menace contre la stabilité au Liban", a-t-il ajouté.

Pour sa part, le président Sarkozy a réaffirmé la "nécessité d'unité des Libanais derrière leurs institutions" et "le soutien" de Paris "aux autorités légitimes du Liban" ainsi qu'au "tribunal international", a rapporté l'Elysée.

Première publication : 30/11/2010

  • LIBAN

    L'explosion qui a tué Rafic Hariri reconstituée en France

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Le Tribunal spécial pour le Liban pris pour cible par Damas

    En savoir plus

  • LIBAN

    Saad Hariri regrette d'avoir accusé la Syrie du meurtre de son père

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)