Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

2014-10-18 14:45-

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

Moyen-orient

En visite à Paris, Saad Hariri affirme entretenir de bonnes relations avec le Hezbollah

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/12/2010

Reçu à Paris par Nicolas Sarkozy, le Premier ministre libanais Saad Hariri s'est montré prudent au sujet du Tribunal spécial pour le Liban, qui enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri et a affirmé avoir de bonnes relations avec le Hezbollah.

AFP - Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a fait preuve de prudence vis-à-vis du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), qui enquête sur l'assassinat en 2005 de son père, Rafic Hariri, estimant que "personne ne connaît les actes d'accusation" de ce tribunal, mardi à Paris.

"Personne ne connaît les actes d'accusation" du TLS, créé en 2007 par l'ONU pour enquêter sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais, a affirmé M. Hariri à la presse, à l'issue d'une rencontre avec le président Nicolas Sarkozy.

"Je crois que beaucoup de choses ont été dites sur le tribunal international", a-t-il également regretté.

Au Liban, le Hezbollah chiite, qui appartient à la coalition gouvernementale de Saad Hariri, s'attend à être mis en cause dans l'assassinat du père de ce dernier.

Mais le plus puissant mouvement militaire du Liban ne cesse de répéter qu'il n'acceptera pas qu'un seul militant soit mis en cause et promet de "couper la main" de qui arrêtera des membres de son parti dans le cadre de l'enquête du tribunal.

Une éventuelle mise en cause du Hezbollah suscitant les craintes d'un regain de violences, tous les responsables politiques, de sécurité et les diplomates restent convaincus que personne n'osera arrêter des membres du parti.

"J'ai toujours des relations avec le Hezbollah, je crois que le Hezbollah est un parti politique assez important au Liban et la relation a été toujours une bonne relation avec le Hezbollah. Des fois, on a des différences, c'est normal, ça c'est la politique, c'est la démocratie et chacun a ses opinions et nous, on a nos opinions", a affirmé M. Hariri à la presse.

"Le tribunal international, la France l'a soutenu toujours, continue de le soutenir et il y a peut-être un dialogue qui doit se faire au Liban, qui se fait, et on va continuer dans ce chemin", a assuré M. Hariri.

"Mais la France refuse également toute menace contre le Liban, que ce soit de la part d'Israël ou toute menace contre la stabilité au Liban", a-t-il ajouté.

Pour sa part, le président Sarkozy a réaffirmé la "nécessité d'unité des Libanais derrière leurs institutions" et "le soutien" de Paris "aux autorités légitimes du Liban" ainsi qu'au "tribunal international", a rapporté l'Elysée.

Première publication : 30/11/2010

  • LIBAN

    L'explosion qui a tué Rafic Hariri reconstituée en France

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Le Tribunal spécial pour le Liban pris pour cible par Damas

    En savoir plus

  • LIBAN

    Saad Hariri regrette d'avoir accusé la Syrie du meurtre de son père

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)