Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Et ta soeur ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

Moyen-orient

En visite à Paris, Saad Hariri affirme entretenir de bonnes relations avec le Hezbollah

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/12/2010

Reçu à Paris par Nicolas Sarkozy, le Premier ministre libanais Saad Hariri s'est montré prudent au sujet du Tribunal spécial pour le Liban, qui enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri et a affirmé avoir de bonnes relations avec le Hezbollah.

AFP - Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a fait preuve de prudence vis-à-vis du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), qui enquête sur l'assassinat en 2005 de son père, Rafic Hariri, estimant que "personne ne connaît les actes d'accusation" de ce tribunal, mardi à Paris.

"Personne ne connaît les actes d'accusation" du TLS, créé en 2007 par l'ONU pour enquêter sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais, a affirmé M. Hariri à la presse, à l'issue d'une rencontre avec le président Nicolas Sarkozy.

"Je crois que beaucoup de choses ont été dites sur le tribunal international", a-t-il également regretté.

Au Liban, le Hezbollah chiite, qui appartient à la coalition gouvernementale de Saad Hariri, s'attend à être mis en cause dans l'assassinat du père de ce dernier.

Mais le plus puissant mouvement militaire du Liban ne cesse de répéter qu'il n'acceptera pas qu'un seul militant soit mis en cause et promet de "couper la main" de qui arrêtera des membres de son parti dans le cadre de l'enquête du tribunal.

Une éventuelle mise en cause du Hezbollah suscitant les craintes d'un regain de violences, tous les responsables politiques, de sécurité et les diplomates restent convaincus que personne n'osera arrêter des membres du parti.

"J'ai toujours des relations avec le Hezbollah, je crois que le Hezbollah est un parti politique assez important au Liban et la relation a été toujours une bonne relation avec le Hezbollah. Des fois, on a des différences, c'est normal, ça c'est la politique, c'est la démocratie et chacun a ses opinions et nous, on a nos opinions", a affirmé M. Hariri à la presse.

"Le tribunal international, la France l'a soutenu toujours, continue de le soutenir et il y a peut-être un dialogue qui doit se faire au Liban, qui se fait, et on va continuer dans ce chemin", a assuré M. Hariri.

"Mais la France refuse également toute menace contre le Liban, que ce soit de la part d'Israël ou toute menace contre la stabilité au Liban", a-t-il ajouté.

Pour sa part, le président Sarkozy a réaffirmé la "nécessité d'unité des Libanais derrière leurs institutions" et "le soutien" de Paris "aux autorités légitimes du Liban" ainsi qu'au "tribunal international", a rapporté l'Elysée.

Première publication : 30/11/2010

  • LIBAN

    L'explosion qui a tué Rafic Hariri reconstituée en France

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Le Tribunal spécial pour le Liban pris pour cible par Damas

    En savoir plus

  • LIBAN

    Saad Hariri regrette d'avoir accusé la Syrie du meurtre de son père

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)