Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

Economie

"Stuxnet est le virus H1N1 de la sécurité informatique"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 01/12/2010

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a reconnu qu’un logiciel malveillant avait perturbé son programme nucléaire. Le coupable serait bel et bien Stuxnet, qualifié de premier "maliciel" de l’ère du cyber-sabotage.

Enfin ! Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a reconnu lundi qu’un "logiciel installé sur des équipements électroniques" avait perturbé le programme nucléaire du pays. S’il ne l’a pas cité, le suspect numéro un est bel et bien Stuxnet, le logiciel malveillant, qui est devenu ces derniers mois la star des entreprises de sécurité informatique.

L’homme fort du régime de Téhéran a précisé que plusieurs centrifugeuses avaient été "mises, de manière limitée, hors service" à Natanz, l’usine d’enrichissement d’uranium située dans le centre de l’Iran. L'Agence internationale de l'énergie atomique avait, de son côté, constaté que le 16 novembre toutes les centrifugeuses du site avaient dû être arrêtées pendant "au moins un jour".

Stuxnet a été, depuis plusieurs mois, décortiqué et analysé dans tous les sens. Laurent Heslault, directeur des technologies de sécurité pour la société américaine Symantec qui a l’un des rapports les plus complets sur ce maliciel [logiciel malveillant, ndlr], explique à France 24 en quoi Stuxnet change la donne dans le monde de la sécurité informatique.

France 24 : Est-ce que vos conclusions permettent de dire que Stuxnet est responsable des problèmes que rencontre le programme nucléaire iranien actuellement ?
Laurent Heslault : Il y a un faisceau d’indices en ce sens, mais aucune certitude. Après avoir compris comment fonctionnait ce maliciel, Symantec a demandé à des ingénieurs quelle pouvait être sa cible. Ils nous ont confirmé que, de par sa conception, il permet de dérégler les centrifugeuses.
Deuxième indice : pour fonctionner, Stuxnet nécessite des convertisseurs de fréquences (qui gère la vitesse à laquelle tourne notamment les centrifugeuses) très spécifiques qui ne sont produits qu’en Finlande et en Iran.
Enfin, à chaque fois que le maliciel infectait un système, il envoyait un signal à un serveur dont nous avons pu prendre le contrôle. Ce qui nous a permis de constater que 61% des signaux provenaient de l’Iran.

France 24 : Mahmoud Ahmadinejad a reconnu que les centrifugeuses avaient été "ralenties". Qu’est-ce que ça veut dire ?
L.H. : Stuxnet ne les ralentit pas mais perturbe leur fonctionnement. Pour faire simple, le processus d’enrichissement d’uranium nécessite des centrifugeuses qui tournent à une vitesse très rapide et de manière constante. Stuxnet augmente encore la vitesse à intervalles plus ou moins réguliers, ce qui affecte l’aspect constant du processus.

Vous avez publié les conclusions finales sur Stuxnet, peut-on maintenant savoir qui est derrière cette attaque ?
L.H. : Non et on ne le saura probablement jamais. Sauf si les services de renseignement le découvrent et le disent. Ce que nous pouvons dire, c’est que techniquement parlant la découverte de Stuxnet est équivalente en matière de sécurité informatique à celle du virus H1N1 car elle nous a envoyé un avertissement sans frais démontrant à quel point nous étions peu préparé à ce genre d'attaques . Il y aura un avant et un après Stuxnet car ce maliciel inaugure l’ère du cyber-sabotage [utiliser l'informatique pour endommager des structures réelles, NDLR] alors que jusqu’à présent on ne parlait que de cyber-criminalité [perpétrer des méfaits en ligne].

Première publication : 30/11/2010

  • INTERNET

    Avec Stuxnet, les virus informatiques ont franchi une nouvelle étape

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)