Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

Economie

"Stuxnet est le virus H1N1 de la sécurité informatique"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 01/12/2010

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a reconnu qu’un logiciel malveillant avait perturbé son programme nucléaire. Le coupable serait bel et bien Stuxnet, qualifié de premier "maliciel" de l’ère du cyber-sabotage.

Enfin ! Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a reconnu lundi qu’un "logiciel installé sur des équipements électroniques" avait perturbé le programme nucléaire du pays. S’il ne l’a pas cité, le suspect numéro un est bel et bien Stuxnet, le logiciel malveillant, qui est devenu ces derniers mois la star des entreprises de sécurité informatique.

L’homme fort du régime de Téhéran a précisé que plusieurs centrifugeuses avaient été "mises, de manière limitée, hors service" à Natanz, l’usine d’enrichissement d’uranium située dans le centre de l’Iran. L'Agence internationale de l'énergie atomique avait, de son côté, constaté que le 16 novembre toutes les centrifugeuses du site avaient dû être arrêtées pendant "au moins un jour".

Stuxnet a été, depuis plusieurs mois, décortiqué et analysé dans tous les sens. Laurent Heslault, directeur des technologies de sécurité pour la société américaine Symantec qui a l’un des rapports les plus complets sur ce maliciel [logiciel malveillant, ndlr], explique à France 24 en quoi Stuxnet change la donne dans le monde de la sécurité informatique.

France 24 : Est-ce que vos conclusions permettent de dire que Stuxnet est responsable des problèmes que rencontre le programme nucléaire iranien actuellement ?
Laurent Heslault : Il y a un faisceau d’indices en ce sens, mais aucune certitude. Après avoir compris comment fonctionnait ce maliciel, Symantec a demandé à des ingénieurs quelle pouvait être sa cible. Ils nous ont confirmé que, de par sa conception, il permet de dérégler les centrifugeuses.
Deuxième indice : pour fonctionner, Stuxnet nécessite des convertisseurs de fréquences (qui gère la vitesse à laquelle tourne notamment les centrifugeuses) très spécifiques qui ne sont produits qu’en Finlande et en Iran.
Enfin, à chaque fois que le maliciel infectait un système, il envoyait un signal à un serveur dont nous avons pu prendre le contrôle. Ce qui nous a permis de constater que 61% des signaux provenaient de l’Iran.

France 24 : Mahmoud Ahmadinejad a reconnu que les centrifugeuses avaient été "ralenties". Qu’est-ce que ça veut dire ?
L.H. : Stuxnet ne les ralentit pas mais perturbe leur fonctionnement. Pour faire simple, le processus d’enrichissement d’uranium nécessite des centrifugeuses qui tournent à une vitesse très rapide et de manière constante. Stuxnet augmente encore la vitesse à intervalles plus ou moins réguliers, ce qui affecte l’aspect constant du processus.

Vous avez publié les conclusions finales sur Stuxnet, peut-on maintenant savoir qui est derrière cette attaque ?
L.H. : Non et on ne le saura probablement jamais. Sauf si les services de renseignement le découvrent et le disent. Ce que nous pouvons dire, c’est que techniquement parlant la découverte de Stuxnet est équivalente en matière de sécurité informatique à celle du virus H1N1 car elle nous a envoyé un avertissement sans frais démontrant à quel point nous étions peu préparé à ce genre d'attaques . Il y aura un avant et un après Stuxnet car ce maliciel inaugure l’ère du cyber-sabotage [utiliser l'informatique pour endommager des structures réelles, NDLR] alors que jusqu’à présent on ne parlait que de cyber-criminalité [perpétrer des méfaits en ligne].

Première publication : 30/11/2010

  • INTERNET

    Avec Stuxnet, les virus informatiques ont franchi une nouvelle étape

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)