Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Economie

Amazon fait payer même le gratuit

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 01/12/2010

En toute légalité, la célèbre boutique américaine en ligne revend des livres numériques qui peuvent être téléchargés gratuitement à quelques clics du célèbre portail.

Amazon ne perd ni le nord ni son sens commercial. Le site de vente en ligne américain commercialise, pour quelques dollars, des livres électroniques qui peuvent être téléchargés gratuitement sur d’autres sites.

Le Washington Post a levé, mardi, ce lièvre qui met en lumière le grand flou régnant actuellement dans l’univers en plein essor de l’édition numérique. Plusieurs livres qui existent gratuitement sur le site du Project Gutenberg sont également en vente sur Amazon.com pour des prix variant entre 99 cents et 7 dollars.

Le Project Gutenberg, qui existe depuis 1971, tente de mettre gratuitement en ligne le plus grand nombre de livres du domaine public. Il s'appuie sur une armée de volontaires qui ont réussi à numériser jusqu'à présent plus de 33 000 ouvrages dans 60 langues

Le guide de chasse au renard "Fox Trapping", écrit en 1906 par Arthur Robert Harding peut ainsi être acheté à 6,90 dollars pour le Kindle sur Amazon ou alors téléchargé gratuitement… sur Project Gutenberg. Il en va de même pour le roman historique "Canadian Wilds" (3,16 dollars) de Martin Hunter ou encore de "Bee Hunter" (3,69 dollars) de John R. Lockard.

Non seulement ces trois livres sont dans le domaine public mais surtout, Amazon a tout simplement réutilisé les mêmes versions que celles disponibles sur Project Gutenberg. Amazon ne peut donc pas se défendre en évoquant une histoire d’édition différente.

Légal

Le géant de la vente de biens culturels en ligne a donc bel et bien profité à 100% et gratuitement du travail effectué par les volontaires du Project Gutenberg. Numériser un livre entier ne se fait pas en une seule nuit. En revanche, le mettre à disposition d’acheteurs potentiels sur Amazon s’est bien fait en une nuit.

Amazon a d’ailleurs reconnu les faits… mais ne risque pas grand-chose. En effet, une fois qu’un livre est mis gratuitement en ligne sur le site du Project Gutenberg, n’importe qui peut en faire n’importe quoi, selon les termes même des conditions d’utilisation de cette bibliothèque en ligne.

Le déficit de notoriété du Project Gutenberg face au mastodonte américain explique probablement ce pari commercial. En France, Fnac.com a suivi une démarche similaire mais moins moralement discutable. La section livres numériques du site regorge d’ouvrages qui appartiennent au domaine public et sont pourtant vendus en moyenne pour 2 euros. Que ce soit "Tartarin de Tarascon", "l’Enfer de Dante" ou encore "L’origine des espèces" de Charles Darwin : tous ces livres se retrouvent également librement sur le Project Gutenberg. Mais cette fois-ci, la Fnac peut arguer qu’elle n’utilise pas la même édition de ces livres.

Crédit photo : Flickr/goblinbox (queen of ad hoc bento)

Première publication : 01/12/2010

  • ÉDITION

    Amazon se fait mousser sur la vente de ses livres électroniques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)