Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

Asie - pacifique

La compagnie Qantas se réserve le droit de porter plainte contre Rolls-Royce

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/12/2010

La compagnie australienne Qantas pourra, si elle le souhaite, porter plainte contre le motoriste Rolls Royce, responsable d'une grave avarie survenue sur un moteur d'un Airbus A380 début novembre alors que celui-ci était en vol.

AFP - La compagnie aérienne Qantas a entamé une action judiciaire qui l'autorise à porter plainte contre le motoriste Rolls-Royce, si elle l'estime souhaitable, après une grave avarie en plein vol survenue sur l'un de ses A380, a-t-elle indiqué jeudi.

Qantas veut s'assurer qu'"elle pourra entamer une action judiciaire contre Rolls-Royce en Australie si un accord de compensation n'est pas trouvé", a-t-elle dit dans un communiqué.

Un peu plus tôt dans la journée, les enquêteurs australiens avaient révélé que l'avarie en plein vol survenue sur un moteur d'un Airbus A380 début novembre avait été provoquée par le frottement d'un composant contre la paroi d'un tuyau.

Ce "problème crucial" avec le moteur peut mener à "une panne catastrophique", selon les enquêteurs du Bureau australien pour la sécurité du transport.

La semaine dernière, le patron de Qantas Alan Joyce n'avait donné aucun détail sur le coût engendré par l'immobilisation des A380, après l'avarie en plein vol. Mais il avait indiqué que Qantas réclamerait une compensation à Rolls-Royce.

"Nous n'allons pas, pour le moment, discuter de ce que cette compensation va entraîner, mais nous discuterons avec Rolls-Royce quand le moment sera plus approprié", a déclaré M. Joyce.
 

Première publication : 02/12/2010

  • AÉRONAUTIQUE

    Une pièce du moteur Rolls-Royce mise en cause dans l'explosion de l'A380 de Qantas

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    L'A380 de Qantas "aurait pu prendre feu comme le Concorde"

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    Qantas a détecté des anomalies sur les moteurs de ses A380

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)