Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

EUROPE

Julian Assange ou la traque de la bête noire de la diplomatie mondiale

©

Vidéo par David THOMSON , Carlotta RANIERI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 03/12/2010

L’insaisissable fondateur de WikiLeaks se cacherait au Royaume-Uni. Mais il réussit pour l’heure à passer entre les mailles du filet de la police en raison d’une "erreur dans le mandat d’arrêt suédois", affirme la presse britannique.

Où se cache le fondateur de WikiLeaks ? Au Royaume-Uni, à en croire The Independent. Le quotidien britannique affirme que Scotland Yard a parfaitement localisé Julian Assange, recherché par la Suède dans le cadre d'une enquête pour "viol et agression sexuelle". Il aurait trouvé refuge dans le sud-est de l’Angleterre. Mais la police, qui est en contact téléphonique avec lui, ne serait pas en mesure de l’interpeller.

En cause : une erreur s’est glissée dans le mandat d'arrêt suédois, révèle ce jeudi le Times, qui cite des sources policières (article payant).

Le 18 novembre, la justice suédoise a lancé un ordre d'arrestation à l'encontre de l'Australien de 39 ans afin de l'interroger "pour des suspicions raisonnables de viol, agression sexuelle et coercition" pour des faits remontant au mois d'août dernier".

"Pas de problème" selon la police suédoise

La police suédoise a réagi ce jeudi en réfutant "le moindre problème" dans la rédaction du texte. "Pour nous, il n'y a pas de problème. Mais nous menons une enquête", a assuré à l'AFP un représentant de la police criminelle nationale suédoise, Tommy Kangasvieri, chargé de la transmission du dossier à Interpol. Des discussions se sont engagées entre Londres et Stockholm pour éclaircir ce point.

Dans le cadre de l’enquête, Interpol a émis depuis le 20 novembre un avis de recherche international (on parle de "notice rouge", ndlr) -rendu public mardi dernier - à l'encontre de Julian Assange. Ce dernier, qui a saisi dans la foulée la Cour suprême de Suède pour contester ce mandat, a été débouté ce jeudi. Julian Assange reste poursuivi par le parquet suédois de viol, violences sexuelles et contrainte illégale. Il rejette ces accusations et dénonce "un cirque judiciaire" lié à ses activités.

Des ennemis en pagaille pour celui que Sarah Palin surnomme "le terroriste"

"Mr. WikiLeaks" compte de plus en plus d’ennemis après la publication, sur son site spécialisé dans la révélation de documents secrets, de quelque 251 000 télégrammes confidentiels de la diplomatie américaine. De quoi susciter, outre l’embarras de plusieurs gouvernements, la fureur de Washington…

Les Etats-Unis mettent tout en œuvre pour poursuivre en justice celui que de nombreux responsables politiques, dont Sarah Palin et le représentant Peter King, surnomment le "terroriste".

"Au moment où nous parlons, croyez-moi, de nombreux avocats au ministère de la Justice sont en train de chercher en vertu de quelles lois et de quelle jurisprudence il pourra être le plus efficacement poursuivi", explique à l'AFP Bruce Zagaris, expert en droit international.

Quelques personnalités politiques américaines, qui jugent Julian Assange coupable de "trahison", vont jusqu’à agiter la menace de la peine de mort. Mais cela impliquerait qu'il soit jugé aux Etats-Unis, ce qui n'est pas possible légalement. "Il n'est pas de nationalité américaine et les extraditions depuis l'Union européenne ne sont recevables que si la peine de mort n'est pas envisagée", rappelle Bruce Zagaris.

L'objet de menaces de mort

L’ancien pirate informatique, et bête noire de la diplomatie américaine, fait aussi l’objet de menaces de mort, selon ces associés.

Son avocat Mark Stephens accuse la justice de "persécuter" son client, affirmant que "M. Assange a cherché à rencontrer le procureur", mais que "ses demandes ont été ignorées" ou qu'il a essuyé "des refus". Il indique également que son client ne se cache pas, puisqu’il répond à différentes interviews depuis son domicile actuel, via Skype.

En attendant une éventuelle prochaine interpellation, le nouvel ennemi n°1 passe ses nuits à protéger son site des multiples attaques de hackers. Depuis mercredi, son hébergeur, le géant américain de la distribution en ligne Amazon, a mis fin à la collaboration avec WikiLeaks. Sous la pression des sénateurs américains….

Première publication : 02/12/2010

  • INTERNET

    WikiLeaks soumis aux attaques de hackers

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Interpol lance un avis de recherche international contre Julian Assange

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    WikiLeaks révèle des liens fragilisés entre Pékin et Pyongyang

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)