Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Asie - pacifique

Barack Obama a remotivé les soldats américains lors d'une visite éclair

Vidéo par Kéthévane GORJESTANI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/12/2010

"Vous allez réussir votre mission", a lancé le président des États-Unis à ses troupes réunies sur la base aérienne de Bagram, à 50 km de Kaboul, lors d'une visite éclair de trois heures effectuée vendredi en Afghanistan.

AFP - Le président Barack Obama, en visite surprise en Afghanistan, a affirmé vendredi à des soldats américains qu'ils allaient "réussir (leur) mission", tout en mettant en garde contre "des jours difficiles" à venir dans le combat contre les talibans.

Après un vol de plus de 13 heures depuis Washington qu'il avait quitté jeudi soir dans le plus grand secret, le président a atterri à 20H35 (15H35 GMT) sur la grande base aérienne américaine de Bagram, à 50 km de la capitale Kaboul, pour une visite qui n'a duré qu'un peu plus de quatre heures: l'avion Air Force One a redécollé peu après minuit et demi.

Ce passage éclair a été essentiellement consacré aux soldats. En ce début de période de fêtes, "je ne voudrais pas être ailleurs qu'avec vous", s'est écrié M. Obama, en blouson de cuir frappé du logo présidentiel, face à quelque 3.000 militaires enthousiastes rassemblés dans un hangar de la base.

"Grâce à vous, nous effectuons des progrès importants (...) vous atteignez vos objectifs. Vous allez réussir votre mission. Nous avons dit que nous allions briser l'élan des talibans. C'est ce que vous êtes en train de faire", a assuré le président, un an après avoir annoncé sa décision de porter le contingent dans ce pays à 100.000 hommes.



M. Obama a aussi évoqué avec émotion sa visite à des soldats blessés dans l'hôpital de la base. "Je ne vous apprends rien en vous disant que c'est un combat difficile", a indiqué le président, en concédant que "les progrès sont lents à venir. Et il va y avoir des jours difficiles à l'avenir".

Mais plus de neuf ans après l'invasion du pays dans la foulée du 11-Septembre, le président a répété que les Etats-Unis ne laisseraient "plus jamais ce pays servir de sanctuaire aux terroristes pour attaquer à nouveau les Etats-Unis".

M. Obama devait initialement passer jusqu'à six heures sur le sol afghan, selon son programme divulgué aux journalistes pendant le vol, qui prévoyait un déplacement en hélicoptère jusqu'à Kaboul pour un dîner de travail avec le président Hamid Karzaï.

Mais cette visite a été annulée à la dernière minute, la Maison Blanche évoquant une météo trop mauvaise, en particulier un vent violent, pour un trajet aérien.

Les deux dirigeants, dont les relations ont connu autant de hauts que de bas depuis un an, se sont finalement parlé au téléphone, selon la présidence américaine qui n'a pas donné de détails dans l'immédiat sur la teneur de la conversation, sinon qu'elle avait duré 15 minutes.

Il s'agit de la deuxième visite de M. Obama en Afghanistan depuis sa prise de fonctions en janvier 2009. La précédente, qui n'avait pas non plus été annoncée pour des raisons de sécurité, s'était déroulée fin mars. Depuis, a assuré M. Obama, la coalition internationale soutenant l'Afghanistan "s'est agrandie".

Ce déplacement intervient deux semaines après le sommet de l'Otan à Lisbonne, lors duquel a été officialisée la décision d'engager en 2011 le processus de transfert des responsabilités en matière de sécurité à la police et à l'armée afghanes, un passage de relais qui s'achèverait fin 2014.

L'année 2010 est déjà la plus meurtrière en neuf ans de conflit pour la coalition étrangère en Afghanistan, où Etats-Unis et Otan disposent actuellement de plus de 150.000 soldats.

Cette visite surprise intervient aussi dans le contexte de la publication de dizaines de milliers de documents diplomatiques américains par le site WikiLeaks, dont certains montrent la profonde défiance de Washington envers le président Karzaï.

Selon ces documents, les Etats-Unis sont exaspérés par l'omniprésence de la corruption en Afghanistan et par la vision "paranoïaque" du monde du dirigeant afghan.

Première publication : 03/12/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Obama révoque le commandant des forces alliées en Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)