Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • Le vol AH 5017 aurait disparu au-dessus du Nord-Mali avec de nombreux Français à bord

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy se donne quatre jours pour conquérir les marchés indiens

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/12/2010

Longtemps, l'Inde n'a pas été une priorité pour la diplomatie française. Mais l'économie du pays évolue - de même que l’attitude de Nicolas Sarkozy, qui entend soigner les relations bilatérales lors d'une visite de quatre jours qui débute samedi.

Deux ans après sa première visite officielle, Nicolas Sarkozy est de retour en Inde à compter de ce samedi. Le chef de l’Etat français manifeste ainsi un intérêt bien plus fort à l’égard du pays, devenu le deuxième moteur de la croissance mondiale après la Chine (environ 9 % de croissance par an).

Habitué aux déplacements expéditifs à l’étranger, le président français a prévu cette fois-ci de rester quatre jours - presqu’un record depuis qu'il est à l'Elysée -, avec des étapes à Bangalore, New Delhi et Mumbai (Bombay) - les capitales technologique, politique et économique du pays. Preuve qu’il a retenu la leçon de son dernier déplacement dans le pays, où il avait irrité ses hôtes en limitant son séjour à une quarantaine d'heures.

Une délégation particulièrement importante

Le président sera accompagné de sept ministres - Alain Juppé (Défense), Michèle Alliot-Marie (Affaires étrangères), Nathalie Kosciusko-Morizet (Ecologie), Christine Lagarde (Economie), Valérie Pécresse (Enseignement supérieur), Bruno Le Maire (Agriculture) et Frédéric Mitterrand (Culture) - et d'une importante délégation de chefs d'entreprises (EADS et ses filiales, Areva, Dassault aviation, CNES, Alstom, Arianespace...) et membres du patronat hexagonal. L’objectif de cette visite est clair : atteindre 12 milliards d’euros d’échanges commerciaux d’ici à 2012.

Plus de 300 entreprises françaises sont implantées en Inde. Mais la France ne se situe qu’au 7e rang des investisseurs dans le pays, derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni, et n’est que son 11e client.

Un environnement très compétitif

La visite de Nicolas Sarkozy marque "la reconnaissance" de l'Inde par la France, souligne-t-on à l'Elysée. "Pendant longtemps, l'Inde n'a pas été une priorité de la diplomatie française. La donne a changé pour des raisons économiques. C'est un pays où l'on se bouscule aujourd'hui", ajoute Gilles Boquérat, chercheur à l'Institut français des relations internationales (Ifri).

Distendues depuis l’Indépendance (1947), les relations bilatérales n'ont vraiment décollé qu'avec le partenariat stratégique signé en 1998 par Jacques Chirac, qui visait notamment à sortir l'Inde de son isolement nucléaire.

"L'économie indienne est sur une tendance de 8 à 9 % de croissance annuelle depuis 2005 et, à part la Chine, il n'y a pas de réservoirs de croissance aussi importants dans le monde", souligne Gilles Boquérat.

Ce qui explique pourquoi les plus grandes puissances économiques se bousculent aux portes du pays. Depuis plusieurs mois, les responsables britanniques et américains ont déjà fait le déplacement. Quant aux dirigeants chinois et russes, ils doivent s’y rendre courant décembre.

Une place au Conseil de sécurité ?

Mais Paris entend bien faire la différence. La France, qui soutient de longue date l'accession de l'Inde au statut de membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, jouit d’une grande sympathie dans le pays. Elle n'est toutefois plus la seule à plaider en faveur de New Delhi : lors de sa visite de début novembre, Barack Obama a apporté son "soutien complet" à la candidature de l'Inde à un siège permanent à l'ONU.

"Dans cet environnement très compétitif, nous avons une place à part en Inde", ajoute-t-on à l'Elysée, en expliquant que "les pères fondateurs du pays - Nehru, Gandhi, ainsi qu'Indira Gandhi - ont été très largement formés aux idéaux de la Révolution française".

Première publication : 03/12/2010

  • DIPLOMATIE

    Le geste d'Obama en direction de l'Inde suscite l'ire du Pakistan

    En savoir plus

  • INDE

    Obama salue New Delhi comme une véritable "puissance mondiale"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)