Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

À Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime l'entreprise"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La fin du calvaire pour Peter Theo Curtis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls : le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu à Gaza : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Et si la gauche assouplissait les 35 heures ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

  • Kiev dénonce une invasion russe et en appelle à l'Otan

    En savoir plus

  • Israël-Palestine, Libye, Russie... Ce que préconise François Hollande

    En savoir plus

  • Vidéo : à Paris, les coiffeuses sans-papiers de Château d'eau se rebellent

    En savoir plus

  • L’OMS s’attend à plus de 20 000 cas d'Ebola en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • La France retrouve ses mondialistes pour affronter l’Espagne

    En savoir plus

  • Erdogan débute son mandat présidentiel en Turquie

    En savoir plus

  • Matignon dément toute intention de toucher aux 35 heures

    En savoir plus

  • Michel Platini renonce à briguer la présidence de la Fifa

    En savoir plus

  • Trafic présumé de bébés : le président du Parlement a quitté le Niger

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l’EI d’épargner son fils

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy se donne quatre jours pour conquérir les marchés indiens

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/12/2010

Longtemps, l'Inde n'a pas été une priorité pour la diplomatie française. Mais l'économie du pays évolue - de même que l’attitude de Nicolas Sarkozy, qui entend soigner les relations bilatérales lors d'une visite de quatre jours qui débute samedi.

Deux ans après sa première visite officielle, Nicolas Sarkozy est de retour en Inde à compter de ce samedi. Le chef de l’Etat français manifeste ainsi un intérêt bien plus fort à l’égard du pays, devenu le deuxième moteur de la croissance mondiale après la Chine (environ 9 % de croissance par an).

Habitué aux déplacements expéditifs à l’étranger, le président français a prévu cette fois-ci de rester quatre jours - presqu’un record depuis qu'il est à l'Elysée -, avec des étapes à Bangalore, New Delhi et Mumbai (Bombay) - les capitales technologique, politique et économique du pays. Preuve qu’il a retenu la leçon de son dernier déplacement dans le pays, où il avait irrité ses hôtes en limitant son séjour à une quarantaine d'heures.

Une délégation particulièrement importante

Le président sera accompagné de sept ministres - Alain Juppé (Défense), Michèle Alliot-Marie (Affaires étrangères), Nathalie Kosciusko-Morizet (Ecologie), Christine Lagarde (Economie), Valérie Pécresse (Enseignement supérieur), Bruno Le Maire (Agriculture) et Frédéric Mitterrand (Culture) - et d'une importante délégation de chefs d'entreprises (EADS et ses filiales, Areva, Dassault aviation, CNES, Alstom, Arianespace...) et membres du patronat hexagonal. L’objectif de cette visite est clair : atteindre 12 milliards d’euros d’échanges commerciaux d’ici à 2012.

Plus de 300 entreprises françaises sont implantées en Inde. Mais la France ne se situe qu’au 7e rang des investisseurs dans le pays, derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni, et n’est que son 11e client.

Un environnement très compétitif

La visite de Nicolas Sarkozy marque "la reconnaissance" de l'Inde par la France, souligne-t-on à l'Elysée. "Pendant longtemps, l'Inde n'a pas été une priorité de la diplomatie française. La donne a changé pour des raisons économiques. C'est un pays où l'on se bouscule aujourd'hui", ajoute Gilles Boquérat, chercheur à l'Institut français des relations internationales (Ifri).

Distendues depuis l’Indépendance (1947), les relations bilatérales n'ont vraiment décollé qu'avec le partenariat stratégique signé en 1998 par Jacques Chirac, qui visait notamment à sortir l'Inde de son isolement nucléaire.

"L'économie indienne est sur une tendance de 8 à 9 % de croissance annuelle depuis 2005 et, à part la Chine, il n'y a pas de réservoirs de croissance aussi importants dans le monde", souligne Gilles Boquérat.

Ce qui explique pourquoi les plus grandes puissances économiques se bousculent aux portes du pays. Depuis plusieurs mois, les responsables britanniques et américains ont déjà fait le déplacement. Quant aux dirigeants chinois et russes, ils doivent s’y rendre courant décembre.

Une place au Conseil de sécurité ?

Mais Paris entend bien faire la différence. La France, qui soutient de longue date l'accession de l'Inde au statut de membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, jouit d’une grande sympathie dans le pays. Elle n'est toutefois plus la seule à plaider en faveur de New Delhi : lors de sa visite de début novembre, Barack Obama a apporté son "soutien complet" à la candidature de l'Inde à un siège permanent à l'ONU.

"Dans cet environnement très compétitif, nous avons une place à part en Inde", ajoute-t-on à l'Elysée, en expliquant que "les pères fondateurs du pays - Nehru, Gandhi, ainsi qu'Indira Gandhi - ont été très largement formés aux idéaux de la Révolution française".

Première publication : 03/12/2010

  • DIPLOMATIE

    Le geste d'Obama en direction de l'Inde suscite l'ire du Pakistan

    En savoir plus

  • INDE

    Obama salue New Delhi comme une véritable "puissance mondiale"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)