Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Amériques

Éric Besson se défend de vouloir "censurer" WikiLeaks

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/12/2010

"Il n'est pas question de censure", a déclaré sur Europe 1, le ministre chargé de l'Économie numérique. Besson a toutefois répété qu'il jugeait "inacceptable" l'hébergement en France du site WikiLeaks, "considéré comme criminel" par les États-Unis.

AFP - Le ministre chargé de l'Economie numérique Eric Besson a récusé dimanche vouloir "censurer" Wikileaks, mais jugé "pas acceptable" que le site de révélations de documents secrets, "considéré comme criminel" par les Etats-Unis, puisse continuer d'être hébergé en France.

"Il n'est pas question de censure", a déclaré M. Besson, interrogé lors du Grand Rendez-vous Europe 1/Le Parisien/Aujourd'hui en France sur sa demande de mettre fin à l'hébergement du site par OVH, un des principaux hébergeurs français basé à Roubaix (Nord).

"L'Etat a son mot à dire", a-t-il ajouté pour justifier cette demande, se posant en partisan de la "liberté régulée" sur internet.

"Lorsqu'un site est considéré comme criminel par un pays démocratique et ami, est-ce qu'on trouve naturel qu'il puisse être hébergé en France comme il l'a été depuis quelques jours ?", s'est interrogé le ministre, avant de répondre: "ce n'est pas acceptable".

Eric Besson a précisé qu'il attendait "dans les heures ou dans les jours qui viennent" la réponse du Conseil général de l'Industrie, de l'Energie et des Technologies (CGIET) sur les moyens juridiques de mettre fin à l'hébergement de Wikileaks en France.

Il a jugé "un peu surprenante mais intéressante" la réaction d'OVH, qui a saisi la justice en référé pour qu'elle statue sur la légalité du site.

"De façon, à mes yeux, un peu surprenante, mais c'est très bien, je trouve que c'est une réaction intéressante, l'hébergeur en question a demandé au juge des référés de dire le droit", a-t-il dit.

Interrogé à propos d'éventuelles actions contre le quotidien Le Monde qui publie certaines des révélations de Wikileaks, M. Besson a rappelé que "ce n'était pas à lui de juger", mais qu'il avait constaté que le quotidien "a expurgé tout ce qui pouvait être une mise en cause de la vie d'autrui".

"C'est déjà une première étape", a-t-il conclu.
 

Première publication : 05/12/2010

  • ÉTATS-UNIS

    PayPal suspend le compte de WikiLeaks

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L'armée recommande à ses soldats de ne pas lire les documents publiés par WikiLeaks

    En savoir plus

  • INTERNET

    WikiLeaks trouve refuge en Suisse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)