Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Asie - pacifique

La Nouvelle-Calédonie en deuil après la mort de l'ancien député Jacques Lafleur

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/12/2010

L'ancien député de Nouvelle-Calédonie, Jacques Lafleur, cosignataire des accords de Matignon de 1988, est décédé samedi à l'âge de 78 ans d'une crise cardiaque. L'homme a dominé pendant trente ans la vie politique de l'île française.

AFP - La Nouvelle-Calédonie était en deuil dimanche après l'annonce de la mort, à 78 ans, de l'ancien député Jacques Lafleur, qui a dominé pendant près de trente ans, jusqu'en 2004, la vie politique du Caillou, et à qui le président de la République et le Premier ministre ont rendu hommage.

M.Lafleur, né le 20 novembre 1932, a été terrassé par une crise cardiaque dans sa résidence australienne d'où il a été transporté vers un hôpital sans pouvoir être ranimé.

Le président de la République a fait part de sa "profonde émotion", saluant celui qui "aura incarné l'engagement pour le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France". Jacques Lafleur a "toujours su, lorsque l'essentiel était en jeu, tendre la main à ses adversaires pour éviter le retour des violences et la division de la Nouvelle-Calédonie", a-t-il déclaré.

François Fillon a lui aussi rappelé que la poignée de main de cet "amoureux farouche du Caillou" avec le leader indépendantiste kanak Jean-Marie Tjibaou "avait été le puissant symbole de la fin des affrontements en Nouvelle-Calédonie pour y construire un avenir partagé entre toutes les communautés".

L'annonce de sa mort a suscité une vive émotion dans l'archipel et, malgré les controverses qui ont émaillé la fin de sa carrière, un concert de louanges unanimes.

"C'est un géant de la politique calédonienne qui nous quitte. Il a marqué de manière indélébile l'histoire du pays", a déclaré à l'AFP le président du gouvernement local, Philippe Gomes (droite modérée).

Président du Congrès, Harold Martin, fidèle compagnon de M. Lafleur jusqu'en 2004, a salué la mémoire de "celui qui a sauvé la Nouvelle-Calédonie et lui a donné une perspective".

Dans les rangs indépendantistes, Roch Wamytan, figure du FLNKS, a rendu hommage à "un homme qui avait une vision et à "un adversaire redoutable et coriace, qui inspirait un grand respect".

Actuellement en visite dans l'archipel, Bernard Accoyer, président de l'Assemblée nationale, a pour sa part salué "l'homme de paix et de dialogue".

Jacques Lafleur avait démissionné de son dernier mandat d'élu au Congrès du territoire, en avril 2010, après s'être brouillé avec tous ses anciens fidèles. Personnage énigmatique, amateur de golf et de bon vin, ce fils de sénateur, enrichi dans le nickel, s'était lancé en politique tardivement, après une vie insouciante et festive entre Paris et Nouméa.

Fondateur du Rassemblement pour la Calédonie dans la République, il entre à l'Assemblée nationale en 1978, s'imposant comme le chef de file des anti-indépendantistes "caldoches" (Calédoniens d'origine européenne), face aux indépendantistes kanak.

Lors des violences qui ont opposé les deux camps au début des années 1980, il incarne une ligne dure, hermétique à toute négociation avec le FLNKS (Front de Libération Nationale Kanak Socialiste, indépendantiste).

Pourtant, après la tragédie de l'assaut de la grotte d'Ouvéa, qui fit 21 morts dont 19 activistes kanak, il signe contre toute attente les accords de Matignon, le 26 juin 1988, sous l'égide du Premier ministre Michel Rocard, serrant la main de son ennemi d'hier, Jean-Marie Tjibaou, leader charismatique des Kanak.

Avec cette poignée de main, les deux hommes entrent dans l'histoire et permettent le retour de la paix en Nouvelle-Calédonie, jamais remise en cause depuis, malgré l'assassinat en 1989 de M.Tjibaou.

Dans la foulée, Jacques Lafleur, redoutable homme d'affaires, vend son entreprises minière aux Kanak, aidés par l'Etat, pour leur permettre de rentrer dans l'économie, empochant au passage près de 15 millions d'euros.

Dix ans plus tard, en 1998, cet homme intuitif et charmeur signe avec le FLNKS, une nouvelle fois sous un gouvernement de la gauche, l'accord de Nouméa, qui organise la décolonisation par étapes de la Nouvelle-Calédonie.

Il essuie une défaite historique aux élections provinciales de 2004, remportées par des dissidents de son propre parti, qui ne supportaient plus son pouvoir absolu.

Jacques Lafleur est ensuite écarté de la présidence du Rassemblement-UMP, au terme d'une homérique crise interne, avant de perdre son mandat de député en 2007.

De santé fragile, il était apparu en public il y a une quinzaine de jours lors d'une cérémonie à Nouméa, au cours de laquelle il avait reçu, aux côtés d'un fils de Jean-Marie Tjibaou, la Colombe de la paix, distinction décernée par l'Allemagne et l'Unesco.
 

Première publication : 05/12/2010

COMMENTAIRE(S)