Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Asie - pacifique

Téhéran affirme avoir franchi une nouvelle étape dans son programme nucléaire

Vidéo par Damien COQUET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/12/2010

À la veille de l'ouverture des négociations autour de son programme nucléaire, Téhéran annonce avoir produit son premier lot de concentré d'uranium, ce qui signifie que l'Iran maîtriserait la totalité du cycle de production de combustible.

AFP - L'Iran a annoncé dimanche contrôler la totalité du cycle de production de combustible nucléaire, marquant sa détermination à ne rien céder de ses "droits" à la veille de la reprise à Genève de discussions avec les grandes puissances sur son programme nucléaire controversé.

L'Iran a produit son premier lot de concentré d'uranium (yellowcake), étape intermédiaire dans la production d'uranium enrichi, à partir de minerai extrait d'une de ses mines dans le sud du pays, a annoncé le chef du programme nucléaire iranien Ali Akbar Salehi.

Jusqu'à présent, l'Iran a développé son programme d'enrichissement d'uranium à partir de quelque 600 tonnes de yellowcake achetées à l'Afrique du sud dans les années 70, avant la révolution islamique de 1979.

L'exportation de yellowcake vers l'Iran est interdite depuis 2006 par les sanctions de l'ONU contre le programme nucléaire iranien, et certains experts occidentaux espéraient que l'Iran épuiserait ses stocks avant de parvenir à en produire.

Début 2009, une étude de l'Institut international pour la science et la sécurité estimait que Téhéran avait consommé 75% de ses réserves.

"L'Iran est désormais autosuffisant pour l'ensemble de la chaîne de production de combustible" nucléaire, depuis la production de minerai jusqu'à celle de combustible nucléaire, a affirmé M. Salehi.

"Cela va renforcer notre position aux négociations" nucléaires avec les grandes puissances, qui doivent reprendre lundi à Genève après un an d'interruption, a-t-il ajouté.

L'enrichissement d'uranium est au coeur du conflit opposant depuis plusieurs années l'Iran à la communauté internationale, qui soupçonne Téhéran de chercher, malgré ses dénégations, à se doter de l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a réaffirmé samedi que le "droit inaliénable" de l'Iran à enrichir de l'uranium, reconnu par les traités internationaux, n'était "pas négociable".

Résistant à plusieurs condamnations par l'ONU, à des sanctions économiques internationales sévères, et à des pressions multiples incluant plusieurs attentats contre ses scientifiques nucléaires, Téhéran a déjà produit plus de trois tonnes d'uranium faiblement enrichi (3,5%) et plus de 33 kilos d'uranium enrichi à 20%, selon l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). L'uranium doit être enrichi à plus de 90% pour pouvoir être utilisé dans une bombe atomique.

L'Iran affirme avoir besoin de produire de l'uranium enrichi notamment pour alimenter un réacteur de recherche nucléaire à Téhéran, et accuse les puissances nucléaires de chercher à préserver un "monopole" scientifique et technique.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a estimé samedi que les grandes puissances pourraient reconnaître le droit iranien à l'enrichissement si Téhéran parvenait à les rassurer sur ses intentions.

Mais son homologue iranien Manouchehr Mottaki, tout en saluant "un pas en avant", a souligné que "ces mots doivent être traduits en actes".

Téhéran a par ailleurs réaffirmé ces derniers jours son refus de limiter les discussions de Genève au seul programme nucléaire iranien, contrairement à ce que souhaitent les grandes puissances, et a exigé qu'elles soient élargies à des questions de sécurité régionale incluant la possession par Israël de l'arme nucléaire.

Les dirigeants iraniens ont aussi régulièrement affirmé ces dernières semaines que les discussions seraient vouées à l'échec si les Occidentaux n'abandonnaient pas leurs pressions et menaces, y compris militaires, contre l'Iran.

"Nous sommes prêts à négocier mais les grandes puissances doivent reconnaître que les droits inaliénables de la nation iranienne ne sont pas négociables, et cesser d'être hostiles" à l'égard de l'Iran, a résumé samedi M. Ahmadinejad.

Première publication : 05/12/2010

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Téhéran accepte la reprise des négociations selon l'UE

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran démarre sa première centrale nucléaire

    En savoir plus

  • IRAN

    L'AIEA s'inquiète d'une intensification de l'activité nucléaire iranienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)