Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Jeff Koons, l'icône du néo-pop s'expose à Paris !

En savoir plus

FOCUS

Massacre de Thiaroye : une histoire toujours controversée, 70 ans après

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Réunion de l'Opep sous haute pression

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande est-il Vert ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tamir Rice, 12 ans, abattu pour avoir joué avec son pistolet factice"

En savoir plus

SUR LE NET

La communauté afro-américaine appelée au boycott du "Black Friday"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Nouvelle affaire d'enlèvement au Mexique : la mère d'une victime témoigne

En savoir plus

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de la francophonie : la langue française a-t-elle encore un avenir ?

En savoir plus

Afrique

Thabo Mbeki en "mission d'urgence" à Abidjan pour assurer la médiation

Vidéo par Nicolas GERMAIN , Ludovic de Foucaud

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/12/2010

L’ancien président d’Afrique du sud, Thabo Mbeki, a été dépêché par l’Union africaine pour rencontrer les deux hommes qui ont prêté serment comme chef de l’Etat ivoirien samedi : Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara.

L’ancien président sud-africain, Thabo Mbeki, est arrivé à Abidjan, dimanche matin, dépêché par l’Union africaine pour tenter une médiation entre Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, les deux prétendants au titre de chef de l’État en Côte d’Ivoire. Il a été accueilli par les services diplomatiques sud-africains, en l'absence d'officiels ivoiriens. "La tâche de l’ancien président de l’Afrique du sud sera difficile, mais aussi bien Gbagbo que Ouattara ont accepté sa médiation", explique Willy Bracciano, envoyé spécial de FRANCE 24 à Abidjan. "Comme les relations sont tendues entre la communauté internationale et Laurent Gbagbo, une médiation africaine est très attendue ici".

L'ex-président sud-africain connaît bien la Côte d'Ivoire

Thabo Mbeki connaît bien le dossier ivoirien pour avoir dénoué la crise de 2004 à 2006 et l’Union africaine veut ménager les deux partis. Si l’organisation a plusieurs fois appelé à respecter les résultats "tels que proclamés" par la Commission électorale indépendante (qui avait crédité Alassane Ouattara de 54,1% des voix jeudi dernier), la déclaration finale du Conseil pour la paix et la sécurité (CPS) de l’UA, réuni d’urgence samedi, se veut plus nuancée. Le CPS "a exprimé le rejet total (…) de toute tentative visant à (…) saper le processus électoral et remettre en cause la volonté populaire telle qu’elle a été exprimée le 28 novembre 2010, compliquant encore davantage une situation déjà très grave, et plonger la Côte d’Ivoire dans une crise aux conséquences incalculables"selon Nourédine Mezni, porte-parole du président de la CPS, qui s’est exprimé sur RFI. Le communiqué de l’UA concernant la Côte d’Ivoire est indisponible sur son site.

Deux présidents ont prêté serment samedi

La journée de samedi a vu à la fois Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara accéder à la fonction suprême. Le candidat de La Majorité présidentielle (LMP), Laurent Gbagbo, a prêté serment lors d’une cérémonie en présence des membres du Conseil constitutionnel et les généraux de l’armée. Il s’est posé en garant de la "loi" et de la

"On assiste à des scènes de violence et de pillage"

"souveraineté" de son pays, et a fustigé les "ingérences" venues de "dehors".

Pour sa part, le candidat du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), Alassane Ouattara, a adressé sa prestation de serment par une lettre remise le samedi matin au Conseil constitutionnel. "Les circonstances exceptionnelles que vit la Côte d'Ivoire en ce moment ne me permettent pas de prêter serment en personne devant le Conseil constitutionnel", dit-il pour expliquer l'envoi de ce "serment écrit".

Le Premier ministre Guillaume Soro lui a remis sa démission, et a été immédiatement reconduit dans ses fonctions. Les deux hommes se sont tous les deux installés à l’hôtel du Golf, à Abidjan, un bâtiment sécurisé par les forces de l’Onu. Par l’intermédiaire de Guillaume Soro, c’est tout le nord du pays, contrôlé par l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN), qui se trouve rangé de leur côté.

Manifestation devant l'ambassade ivoirienne à Paris

Première publication : 05/12/2010

  • PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

    Gbagbo investi président, Ouattara prête également serment

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

    La proclamation de la victoire de Laurent Gbagbo conduit le pays dans l'impasse

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

    Gbagbo et Ouattara s’engagent à respecter le verdict des urnes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)