Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

France : une rentrée politique sous le signe de la division

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Geoffroy Roux de Bézieux : "La loi Macron est insuffisante"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : La Nouvelle-Orléans en pleine renaissance artistique

En savoir plus

FOCUS

Le secteur pharmaceutique indien entaché par des scandales

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Dix ans après Katrina, la Nouvelle-Orléans vibre à nouveau

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Delerm, l'amoureux de la vie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Peter Gumbel : "En France, les inégalités à l'école sont croissantes"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bernardino Leon : "Un accord en Libye est possible autour du 10 septembre"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort en direct"

En savoir plus

Asie - pacifique

Plusieurs dizaines de morts dans un attentat-suicide perpétré dans le nord-ouest du pays

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/12/2010

Deux kamikazes ont tué au moins 40 personnes en se faisant exploser dans les bureaux de l'administration locale de Ghalalnaï, une petite ville du nord-ouest du Pakistan.

AFP - Au moins 40 personnes ont été tuées lundi par les bombes de deux kamikazes visant les chefs d'une milice qui combat les talibans dans le nord-ouest du Pakistan, pays en proie à une vague d'attentats perpétrés par les insurgés islamistes alliés à Al-Qaïda.

L'attaque visait les bureaux de l'administration locale où se tenait une réunion entre des fonctionnaires et les chefs d'une milice tribale opposée aux talibans à Ghalalnaï, le chef-lieu du district tribal de Mohmand, a déclaré par téléphone à l'AFP un responsable des autorités locales, Maqsood Amin.

"Quarante personnes au moins ont été tuées et près de 60 blessées" a annoncé à l'AFP Amjad Ali, un autre responsable de l'administration contacté sur place.

Les kamikazes sont arrivés à moto et ont tenté de pénétrer à pied dans l'enceinte du bâtiment de l'administration.

"Le premier a fait exploser sa bombe à l'entrée, l'autre dans l'enceinte", a assuré à l'AFP Amjad Ali.

Une centaine de personnes se trouvaient dans le bâtiment.

"Une réunion entre l'administration du district et des chef tribaux, membres d'un Comité de paix, se tenait dans les bureaux au moment des explosions", a-t-il ajouté.

Les Comités de paix désignent généralement des milices anti-talibans dans les zones tribales du nord-ouest, frontalières avec l'Afghanistan, et considérées comme le QG et le principal repaire d'Al-Qaïda.

Le district de Mohmand, à environ 175 km au nord-ouest d'Islamabad, est l'une des places fortes du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), qui a fait allégeance au réseau d'Oussama ben Laden, et est le principal responsable de plus de 420 attentats -- suicide pour la plupart -- qui ont fait près de 4.000 morts dans tout le pays ces trois dernières années.

Le 9 juillet dernier déjà, au moins 105 personnes avaient péri dans un attentat suicide à la voiture piégée dans le Mohmand, une attaque revendiquée par les talibans qui avaient assuré viser des chefs tribaux alliés au gouvernement central.

Le TTP avait décrété à l'été 2007 le jihad, la guerre sainte, à Islamabad pour son soutien, depuis fin 2001, à la "guerre contre le terrorisme" de Washington.

Depuis, le Pakistan en a payé un lourd tribut avec près de 4.000 morts dans au moins 422 attentats et attaques-commandos.

Dans la plupart des cas, les kamikazes visent des installations militaires ou policières, des bâtiments du gouvernement ou des administrations locales, mais ils multiplient aussi, ces derniers temps, les cibles civiles, jusque dans les mosquées.

Avec le soutien logistique du TTP, qui dispose dans les zones tribales de centre d'entraînement, Al-Qaïda forme ses propres kamikazes qui se destinent, eux, à des attentats en Europe et aux Etats-Unis, selon les services de renseignements américains et européens.

Les zones tribales sont également une base-arrière importante des talibans afghans, qui combattent dans leur pays les quelque 150.000 soldats des forces internationales sous la bannière de l'Otan, américains pour plus des deux tiers.

Par ailleurs, les drones de la CIA tirent quasi-quotidiennement, dans ces zones pakistanaises frontalières, des salves de missiles visant les cadres d'Al-Qaïda comme les talibans afghans et pakistanais.

Les premiers tirs de missiles datent de 2004, mais la campagne s'est considérablement intensifiée depuis l'été 2008, avec plus de 160 salves qui ont tué près de 1.300 personnes dans les zones tribales. Des insurgés islamistes, dont d'importants cadres d'Al-Qaïda, selon les militaires pakistanais, mais aussi des civils, selon les autorités locales.

Première publication : 06/12/2010

  • PAKISTAN

    Attentat meurtrier à Karachi contre un immeuble de la police

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Des dizaines de morts dans l'attaque de deux mosquées à Peshawar

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Double attentat meurtrier à l'entrée d'un lieu saint de Karachi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)