Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

L'Argentine et le Brésil marquent leur différence sur le dossier israélo-palestinien

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 07/12/2010

Le Brésil et l'Argentine ont reconnu, à quelques jours d'écart, la Palestine comme "un État libre et indépendant à l'intérieur des frontières de 1967". Retour sur une offensive diplomatique qui a déplu à Israël.

Après le Brésil vendredi, l'Argentine a reconnu, lundi, la Palestine comme "un État libre et indépendant à l'intérieur des frontières de 1967", comprenant donc Jérusalem-Est, la Cisjordanie et la bande de Gaza. L’Uruguay voisin a déclaré qu'il avait lui aussi l'intention de le faire, en 2011. Retour sur une initiative diplomatique jugée "regrettable" et "décevante" par Israël, avec Bruno Muxagato, politologue et spécialiste du Brésil à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL).


France 24 - Comment analysez-vous l’initiative diplomatique sud-américaine qui a reconnu "la Palestine un État libre et indépendant" ?


Bruno Muxagato - La reconnaissance d’un État palestinien par le Brésil est la suite logique de la stratégie diplomatique de Lula, basée sur la diversification des partenariats de son pays. Le Moyen-Orient et les pays arabes en font partie. En reconnaissant la Palestine, sans jamais avoir transigé sur le droit à la sécurité d’Israël, Lula s’est offert en quelque sorte un baroud d’honneur diplomatique en se démarquant une nouvelle fois. Et ce, quelques mois avant de passer la main à la présidente élue Dilma Roussef, dont il sait que les positions diplomatiques sont parfois en contradiction avec les siennes.

L’Argentine, autre géant diplomatique du continent, a emboîté le pas comme il lui arrive de le faire ponctuellement sur des dossiers diplomatiques afin de donner plus de poids à un pôle de puissance sud-américain. Les deux pays se sont visiblement concertés en ce qui concerne le timing de cette reconnaissance, qu’ils avaient tous deux promis au président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.


F24 - Que représente en termes stratégique et diplomatique le Moyen-Orient pour le Brésil et l’Argentine ?

B.M -
Les deux pays comptent des populations issues de cette région du monde. Concernant le Brésil, près de 10 millions de ses citoyens descendent de migrants syro-libanais et turcs. Par ailleurs, près de 2 millions de Brésiliens seraient de confession juive. Ce brassage de population et cette relation historique avec le Moyen-Orient permet au Brésil d’affirmer sa crédibilité et sa légitimité pour intervenir sur ce dossier régional.

De plus, ce pays est entré de plain-pied dans la mondialisation. Après l’Afrique et l’Asie, le Moyen-Orient représente un marché attractif économiquement et commercialement. D’où l’envie de s’impliquer encore plus dans la région, dans un rôle de conciliateur. D’autant plus que l’Argentine et le Brésil rêvent d’intégrer de façon permanente le Conseil de sécurité de l’ONU. Ils cherchent par conséquent le maximum d’appuis internationaux. En reconnaissant la Palestine, ils tentent de s’attirer le soutien d’un certain nombre de pays en marquant leur différence par rapport à d’autres puissances mondiales.


F24 - Justement, quel est le poids réel et l’influence internationale de ces pays dans la diplomatie mondiale ?

B.M -
Le Brésil ne veut plus se contenter de jouer uniquement un rôle de médiateur dans les crises régionales sud-américaines (tensions entre le Venezuela et la Colombie, tensions internes en Bolivie). Ce pays cherche en effet à asseoir sa projection de puissance diplomatique en intervenant au cœur des crises mondiales. Lula a misé sur son charisme personnel et son expérience de négociateur syndical pour peser sur les dossiers très médiatiques à l’instar du conflit israélo-palestinien. Sa récente médiation sur la question du nucléaire iranien, en association avec la Turquie, en atteste. Les trois pays étaient parvenus à un accord en mai sur une procédure d'échange de combustible nucléaire, au grand dam des Américains, qui ont rejeté l’accord. Une réaction qui a courroucé Lula et qui a peut-être renforcé encore plus son envie de marquer son indépendance en reconnaissant la Palestine.

 

Première publication : 07/12/2010

  • ARGENTINE

    Buenos Aires reconnaît la Palestine "comme un État libre et indépendant"

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Et Lula mit le Brésil sur le devant de la scène internationale

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Et Lula mit le Brésil sur le devant de la scène internationale (2e partie)

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)