Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

FRANCE

Sarkozy et Assad, une amitié franco-syrienne contestée

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 09/12/2010

Le président syrien Bachar al-Assad entame une visite officielle de deux jours en France au cours de laquelle il doit s'entretenir avec Nicolas Sarkozy. Retour sur une amitié récente que les États-Unis ne voient pas forcément d'un très bon œil.

Le président syrien, Bachar al-Assad, est attendu à l'Elysée ce jeudi pour un déjeuner de travail. Le dirigeant syrien doit effectuer une visite officielle de deux jours. Il s’agit de la première visite en France de l'homme fort de Damas depuis novembre 2009. Interrompu par Jacques Chirac, le dialogue avec la Syrie a été renoué un an auparavant par son successeur Nicolas Sarkozy au nom d’une diplomatie pragmatique. Isolé par la communauté internationale à la suite de l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, Bachar al-Assad est alors revenu par la grande porte sur la scène internationale.

"Sarkozy s’est rendu compte qu’aujourd’hui aucun pays, aussi grand et puissant soit-il, ne peut se positionner au Moyen-Orient sans passer par Damas", explique le journaliste syrien et directeur de la revue Afrique-Asie, Majed Nehmé. Ce revirement spectaculaire a permis, selon l’Élysée, l’élection du président libanais Michel Sleimane en 2008 avec le soutien du Qatar et l'établissement de relations diplomatiques entre le Liban et la Syrie.

Washington reste sceptique

Pourtant, cette politique de la main tendue ne fait pas l’unanimité, notamment du côté des États-Unis qui reprochent notamment à Damas son soutien aux mouvements pro-iraniens du Hamas et du Hezbollah. Selon des télégrammes diplomatiques dévoilés par WikiLeaks et publiés par le journal Le Monde, Washington se montre sceptique quant à l’efficacité de cette diplomatie d’ouverture.

"Les officiels français sont convaincus que le geste de Sarkozy en direction de la Syrie a fait du président Assad un partenaire plus productif pour la résolution des problèmes dans la région – bien qu'ils aient du mal à fournir des exemples concrets de ce changement", analysent des diplomates américains.

Dépeint comme "un gros pari" comportant des "risques", le rapprochement "précipité" avec le régime syrien a été opéré sans conditions, regrette un diplomate américain dans un télégramme. "Il fallait aller moins vite, à l’instar des États-Unis qui ont institué un système de donnant-donnant avec Damas", note Georges Malbrunot, journaliste spécialiste du Moyen-Orient au Figaro.

Le Liban abordé jeudi à l’Élysée

"En réalité, la France n’a rien gagné de sa relation avec Damas, excepté peut-être l’ouverture d’une ambassade syrienne au Liban", analyse Georges Malbrunot. Toujours est-il qu’après avoir reçu son homologue syrien à Paris, en juillet 2008, à l’occasion du premier sommet de l’Union pour la méditerranée (UPM), Nicolas Sarkozy a été le premier chef d’un État occidental à se rendre à Damas, en septembre 2008, depuis six ans.

Au cours d’un déjeuner de travail avec Nicolas Sarkozy, jeudi, à l’Élysée, les deux dirigeants aborderont les grands enjeux régionaux. Outre la relance du processus de paix, au point mort entre Palestiniens et Israéliens, il sera notamment question de la stabilité du Liban. La France compte sur la Syrie pour peser sur ses alliés locaux pour calmer les esprits.
 

Première publication : 08/12/2010

  • DIPLOMATIE

    Panorama sur trois ans de politique de Nicolas Sarkozy dans le monde arabe

    En savoir plus

  • France/Syrie: un pari risqué.

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)