Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

Moyen-orient

Les Palestiniens attribuent le revirement américain à "l'obstination" d'Israël

Vidéo par Cyrielle ABEHSERA , Philip CROWTHER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/12/2010

Incapable de relancer le dialogue direct israélo-palestinien par un gel de la colonisation juive en Cisjordanie, Washington a annoncé vouloir "changer de tactique". Une volte-face que les Palestiniens imputent à la mauvaise volonté de l'État hébreu.

REUTERS - Les dirigeants palestiniens ont imputé mercredi à "l’obstination israélienne" le renoncement de Washington à ses efforts pour obtenir un nouveau gel de la colonisation juive en territoire occupé.

Ils se demandent dès lors si les Etats-Unis, qui envisagent désormais un retour à des discussions de paix indirectes, seront jamais en mesure de les aider à obtenir l’indépendance.

Les Palestiniens voulaient un arrêt des nouveaux chantiers dans les colonies juives de Cisjordanie et à Jérusalem-Est avant d’accepter la reprise de discussions directes sur la création d’un Etat palestinien coexistant en paix avec Israël.

A l’instigation de Washington, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas ont eu trois séries d’entretiens directs en septembre. Mais Abbas les a interrompus à l’expiration, fin septembre, d’un moratoire israélien de dix mois sur de nouvelles colonies en Cisjordanie occupée.

Israël a dénoncé cet exigence d’un gel de la colonisation juive comme une condition préalable qui n’avait jamais été avancée au cours des vingt dernières années de processus de paix.

Netanyahu a en outre reproché à Abbas d’avoir tardé à s’asseoir à la table de négociation après l’annonce de ce moratoire, en novembre 2009. Le président palestinien exigeait qu’il porte aussi sur Jérusalem-Est, ce qu’a refusé son interlocuteur israélien.

Revers pour Obama

L’annonce par Washington d’un retour à des discussions indirectes constitue un gros revers pour le président Barack Obama, qui avait jugé "vital pour la sécurité nationale" qu’un accord de paix soit signé dans un délai d’un an, juge Yasser Abed Rabbo.

Ce proche collaborateur d’Abbas a imputé ce changement de pied américain à "l’obstination israélienne". Pour sa part, le Hamas en a conclu à l’échec du processus de paix et a invité Abbas à mettre fin définitivement aux négociations.

Pour Catherine Ashton, Haute Représentante de la diplomatie européenne, l’actuelle coalition israélienne dominée par la droite n’était pas en mesure de proroger le moratoire sur la colonisation, dont elle a rappelé qu’elle était illégale et nuisible aux efforts de paix.

L’échec des Etats-Unis aura "un coût pour eux dans la région", prédit Samih Chahib, politologue à l’université de Bir Zeït, près de Ramallah. "Leur crédibilité est devenue très faible auprès des Palestiniens et des Arabes".

Mark Regev, porte-parole du gouvernement israélien, a assuré qu’Israël restait déterminé "à poursuivre l’effort en cours pour parvenir à un accord de paix historique avec les Palestiniens".

Zvi Hauser, collaborateur de Netanyahu, a déclaré à la radio israélienne qu’il ignorait en quoi consisterait la prochaine étape. Mais, a-t-il ajouté, "apparemment les choses seront menées à ce stade via un canal indirect".

Des responsables américains ont énuméré mardi trois raisons pour ne plus tenter d’obtenir un nouveau moratoire : le refus d’Israël d’arrêter les chantiers à Jérusalem-Est, l’absence probable de progrès en cas de prorogation pour seulement quelques mois et l’ampleur des contreparties américaines à Israël: la livraison de 20 chasseurs F-35, d’une valeur de trois milliards de dollars.

Première publication : 08/12/2010

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Pour Washington, le gel de la colonisation n'est plus un préalable aux négociations

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Le gouvernement israélien divisé face au plan américain de gel des colonies

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'Argentine et le Brésil marquent leur différence sur le dossier israélo-palestinien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)