Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Moyen-orient

Les Palestiniens attribuent le revirement américain à "l'obstination" d'Israël

Vidéo par Cyrielle ABEHSERA , Philip CROWTHER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/12/2010

Incapable de relancer le dialogue direct israélo-palestinien par un gel de la colonisation juive en Cisjordanie, Washington a annoncé vouloir "changer de tactique". Une volte-face que les Palestiniens imputent à la mauvaise volonté de l'État hébreu.

REUTERS - Les dirigeants palestiniens ont imputé mercredi à "l’obstination israélienne" le renoncement de Washington à ses efforts pour obtenir un nouveau gel de la colonisation juive en territoire occupé.

Ils se demandent dès lors si les Etats-Unis, qui envisagent désormais un retour à des discussions de paix indirectes, seront jamais en mesure de les aider à obtenir l’indépendance.

Les Palestiniens voulaient un arrêt des nouveaux chantiers dans les colonies juives de Cisjordanie et à Jérusalem-Est avant d’accepter la reprise de discussions directes sur la création d’un Etat palestinien coexistant en paix avec Israël.

A l’instigation de Washington, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas ont eu trois séries d’entretiens directs en septembre. Mais Abbas les a interrompus à l’expiration, fin septembre, d’un moratoire israélien de dix mois sur de nouvelles colonies en Cisjordanie occupée.

Israël a dénoncé cet exigence d’un gel de la colonisation juive comme une condition préalable qui n’avait jamais été avancée au cours des vingt dernières années de processus de paix.

Netanyahu a en outre reproché à Abbas d’avoir tardé à s’asseoir à la table de négociation après l’annonce de ce moratoire, en novembre 2009. Le président palestinien exigeait qu’il porte aussi sur Jérusalem-Est, ce qu’a refusé son interlocuteur israélien.

Revers pour Obama

L’annonce par Washington d’un retour à des discussions indirectes constitue un gros revers pour le président Barack Obama, qui avait jugé "vital pour la sécurité nationale" qu’un accord de paix soit signé dans un délai d’un an, juge Yasser Abed Rabbo.

Ce proche collaborateur d’Abbas a imputé ce changement de pied américain à "l’obstination israélienne". Pour sa part, le Hamas en a conclu à l’échec du processus de paix et a invité Abbas à mettre fin définitivement aux négociations.

Pour Catherine Ashton, Haute Représentante de la diplomatie européenne, l’actuelle coalition israélienne dominée par la droite n’était pas en mesure de proroger le moratoire sur la colonisation, dont elle a rappelé qu’elle était illégale et nuisible aux efforts de paix.

L’échec des Etats-Unis aura "un coût pour eux dans la région", prédit Samih Chahib, politologue à l’université de Bir Zeït, près de Ramallah. "Leur crédibilité est devenue très faible auprès des Palestiniens et des Arabes".

Mark Regev, porte-parole du gouvernement israélien, a assuré qu’Israël restait déterminé "à poursuivre l’effort en cours pour parvenir à un accord de paix historique avec les Palestiniens".

Zvi Hauser, collaborateur de Netanyahu, a déclaré à la radio israélienne qu’il ignorait en quoi consisterait la prochaine étape. Mais, a-t-il ajouté, "apparemment les choses seront menées à ce stade via un canal indirect".

Des responsables américains ont énuméré mardi trois raisons pour ne plus tenter d’obtenir un nouveau moratoire : le refus d’Israël d’arrêter les chantiers à Jérusalem-Est, l’absence probable de progrès en cas de prorogation pour seulement quelques mois et l’ampleur des contreparties américaines à Israël: la livraison de 20 chasseurs F-35, d’une valeur de trois milliards de dollars.

Première publication : 08/12/2010

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Pour Washington, le gel de la colonisation n'est plus un préalable aux négociations

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Le gouvernement israélien divisé face au plan américain de gel des colonies

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'Argentine et le Brésil marquent leur différence sur le dossier israélo-palestinien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)