Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

De fortes chutes de neige perturbent les transports en Ile-de-France

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/12/2010

La neige rend la circulation "impossible sur les principaux axes autoroutiers" en Ile-de-France, selon le Centre régional d'information routière. Le trafic des poids lourds a été interdit en Ile-de-France. Le trafic aérien a été suspendu.

AFP - Transports routiers paralysés par la neige, aéroports parisiens fermés temporairement, retards des TGV dans la capitale : l'Ile-de-France a connu mercredi une pagaille monstre avec la neige qui, selon Météo France, devait laisser la place au verglas dans la nuit.

"J'ai mis 5 heures pour faire 500 mètres" sur la RN118 dans l'Essonne, au sud de Paris, a raconté un automobiliste qui a vu autour de lui des gens abandonner leurs voitures.

Lui-même se préparait à passer la nuit dans son véhicule.

Le départ de François Fillon vers Moscou retardé

Le décollage de l'avion de François Fillon a dû être retardé en raison de la neige. Le Premier ministre français devait arriver ce soir à Moscou pour une visite de deux jours. Matignon confirme que le déplacement aura bien lieu. François Fillon doit notamment rencontrer le président russe Dmitri Medvedev et son homologue Vladimir Poutine alors que la question de la vente de navires de type Mistral à la Russie est toujours en suspens. Ce voyage sera aussi l'occasion de clôturer l'année France-Russie.

La circulation "est impossible pour tous véhicules sur les principaux axes autoroutiers et sur le réseau secondaire" en raison des chutes de neige en Ile-de-France, annonçait le Centre régional d'Information routière (CRIR) en milieu d'après-midi.

En début de soirée, des milliers d'automobilistes devaient patienter dans les bouchons estimés à plus de 300 km, soit une centaine de km de plus qu'un soir de semaine normal.

La circulation des poids lourds avait été interdite depuis le début de l'après-midi, mais plusieurs accidents ont paralysé la circulation routière autour de la capitale qui a vu tomber 11 cm de neige en une journée, record battu seulement en 1987.

En 2003 les automobilistes avaient déjà connu un tel scénario catastrophe. Pour éviter un nouvel épisode de "naufragés de la route", le ministère de l'Intérieur a mobilisé 5.000 gendarmes et policiers, dont 2.000 en Ile-de-France pour "faciliter la circulation".

Et dans le Val-de-Marne la préfecture a demandé à 12 communes situées le long des axes routiers (A86, A4, A6, N104...) de se se tenir prêtes à accueillir en cas de besoin des automobilistes coincés dans les embouteillages par la neige.

Car même si la neige devait cesser "progressivement dans la soirée sur l'Ile-de-France" Météo France prévoyait un refroidissement sensible dans la nuit favorisant la formation de glace au sol.

En prévision de ce verglas sur les routes, les préfectures des Yvelines, de l'Essonne, de Seine-et-Marne, l'Aisne, la Marne et les Ardennes et la Meuse notamment ont interdit les transports scolaires jeudi.

De même plusieurs autoroutes dans le nord ont été interdites aux poids lourds jusqu'à nouvel ordre.

La mairie de Paris a annoncé des "mesures exceptionnelles" pour procéder au salage de la totalité des trottoirs parisiens encore recouverts de neige et en prévision du verglas attendu en soirée.

Du côté des transports en commun, le réseau de bus Paris-banlieue était quasi paralysé mercredi.

Dans les airs, le trafic a été suspendu environ une heure et demie à Roissy-Charles-De-Gaulle, empêchant une centaine de vols de décoller ou d'atterrir dans l'après-midi. A Orly, il fallait compter avec une à deux heures de retard sur les vols après une fermeture des pistes pendant 30 minutes.

Outre les pistes de décollage et d'atterrissage, les voies d'accès utilisées par les ravitailleurs en kérosène étaient aussi difficilement praticables.

En raison des fortes chutes de neige, la vitesse des TGV au départ et à l'arrivée des grandes gares parisiennes a été limitée à 220 km/h contre 300 km/h par temps normal, entraînant des retards d'une demi-heure. Il s'agissait d'éviter que des blocs de glace ne détériorent les trains.

Et pendant ce temps dans le sud du pays, à Bordeaux, on mangeait en terrasse par un beau 16 degrés, comme à Lyon, Toulouse et Marseille, où le thermomètre atteignait 17 degrés.

La palme de la douceur revenant à Ajaccio avec 19 degrés relevés à 16H00.

Première publication : 08/12/2010

  • INTEMPÉRIES

    La neige et le froid perturbent les transports en Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)