Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Moyen-orient

Pour Washington, le gel de la colonisation n'est plus un préalable aux négociations

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/12/2010

Incapables de relancer le dialogue direct israélo-palestinien par un gel de la colonisation juive en Cisjordanie, les États-Unis ont annoncé vouloir "changer de tactique" pour parvenir à une reprise des pourparlers de paix au Proche-Orient.

AFP - Les Etats-Unis ont abandonné l'idée d'obtenir un gel de la colonisation israélienne en Cisjordanie afin de relancer les négociations au Proche-Orient et vont désormais essayer de parvenir à la paix en se concentrant sur les "problèmes centraux" du conflit.

Cette nouvelle approche devrait être discutée la semaine prochaine au département d'Etat à Washington, où négociateurs israéliens et palestiniens sont attendus, a confirmé mardi le porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley.



"Nous avons tenté de parvenir à un moratoire (de la colonisation) pour créer les conditions d'un retour à des négociations significatives et continues. Après des efforts considérables, nous sommes parvenus à la conclusion que cela ne crée pas de fondation solide pour parvenir à l'objectif commun d'un accord-cadre", a expliqué M. Crowley.

Le porte-parole a assuré qu'il ne s'agissait "pas d'un changement de stratégie". "Il pourrait bien s'agir d'un changement de tactique", a-t-il toutefois concédé.

Parvenir à un accord sur le "statut permanent", soit un règlement de paix définitif, "constituait notre objectif depuis le début et nous restons engagés à cet égard", avait auparavant indiqué à l'AFP un responsable de la Maison Blanche sous couvert de l'anonymat.

"Nous estimons que les deux parties se sont engagées à parvenir à une solution à deux Etats et à résoudre les problèmes centraux. Nous pensons qu'il est possible et nécessaire d'atteindre cet objectif", a-t-il assuré, soulignant que "les deux parties ont dit qu'elles voulaient que les Etats-Unis s'impliquent".

"Nous allons donc immédiatement parler avec les deux parties des questions concrètes des négociations", a-t-il conclu. Par "questions centrales" du conflit, les diplomates évoquent habituellement des sujets aussi épineux que le tracé des frontières, la question des réfugiés et le statut de Jérusalem.

Cette annonce est venue confirmer des informations des médias israéliens, qui avaient indiqué plus tôt mardi que les Etats-Unis avaient pris acte de leur incapacité de relancer les négociations par un gel de la colonisation et cherchaient une "autre voie" pour parvenir à leurs fins.

"L'administration américaine nous a informés qu'Israël n'avait pas accepté un moratoire sur la colonisation", avait en outre déclaré à l'AFP un haut responsable palestinien sous couvert de l'anonymat. Pour reprendre les négociations, les Palestiniens exigent un gel de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupée et annexée.

Ultérieurement, depuis Ramallah, un responsable palestinien a réagi à l'annonce américaine en accusant le gouvernement israélien d'avoir rejeté la paix.

"En refusant de donner une réponse claire aux Etats-Unis, Israël a refusé de geler la colonisation et de donner une chance à la paix dans la région", a regretté ce responsable sous couvert de l'anonymat.

Ce que Washington présente donc comme un "changement de tactique", refusant d'évoquer un échec pur et simple, intervient seulement trois mois après la relance solennelle des négociations directes par M. Obama lors d'un sommet à la Maison Blanche en présence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et du président palestinien Mahmoud Abbas.

A l'époque, M. Obama, qui a fait de la résolution du conflit israélo-palestinien l'un des grands objectifs de son mandat, avait défini l'objectif de parvenir à une solution à deux Etats dans un délai d'un an.

Réagissant à ces nouveaux développements, l'ONG israélienne La Paix Maintenant a exhorté le gouvernement Obama à "montrer aux parties que faire obstruction aux efforts de paix doit avoir des conséquences".

Il faut que le président (...) redouble de pressions tant sur les Israéliens que sur les Palestiniens pour qu'ils prennent les mesures nécessaires pour la paix", a ajouté l'organisation.
 

Première publication : 08/12/2010

  • ARGENTINE

    Buenos Aires reconnaît la Palestine "comme un État libre et indépendant"

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Abbas évoque la dissolution de l'Autorité palestinienne en cas d'échec des négociations

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    La colonisation israélienne s'est intensifiée depuis le 26 septembre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)