Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Asie - pacifique Economie

Le gouvernement estime que la visite de Sarkozy en Inde rapportera 17 milliards d'euros

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/12/2010

La visite de quatre jours en Inde du président Sarkozy s'est soldée par plus de 17 milliards de contrats "annoncés ou signés", selon les dernières estimations du gouvernement, en dépit des incertitudes pesant encore sur la finalisation des accords.

En Inde, Nicolas Sarkozy n’a pas fait que visiter le Taj Mahal en compagnie de son épouse. Du 4 au 8 décembre, le président a également endossé l’habit de VRP pour la délégation d’industriels français qui l’a accompagné, de New Delhi à Bombay en passant par Bangalore, au cœur de la "Silicon Valley" indienne.

Mercredi, le gouvernement français a revu à la hausse, à 17,4 milliards d'euros, les contrats "signés ou annoncés" pendant la visite en Inde de Nicolas Sarkozy, qui avait revendiqué lundi 15 milliards potentiels. Après la visite du président Barack Obama en Inde, peu avant celle de Sarkozy, "les Etats-Unis étaient repartis (avec des contrats) annoncés ou signés, selon les mêmes modalités définies par la diplomatie indienne, à hauteur de 10,5 milliards d'euros", a annoncé le porte-parole du gouvernement François Baroin, ce jeudi.

Le nucléaire : fer de lance de la coopération franco-indienne

En matière de nucléaire, le France est un partenaire indéfectible de l’Inde. En 1998, l’Hexagone avait été l’une des seules puissances à ne pas condamner les essais effectués par le géant asiatique.

Au cours de la visite du président Nicolas Sarkoy, le français Areva et son pendant indien NPCIL (Nuclear Power Corporation of India Limited) ont signé un “accord-cadre general” pour deux réacteurs nucléaires EPR (d'un montant d'environ 7 milliards d'euros). Areva précise que cet accord comprend la fourniture du combustible nucléaire pour ces réacteurs pendant 25 ans.

Parallèlement, le président de l’Autorité indienne de régulation du nucléaire (AERB), S.S. Bajaj, et son homologue français de l’Autorité de la sûreté nucléaire (ASN), André Claude Lacoste ont renouvelé leur partenariat, prévoyant de nouveaux échanges d’informations techniques.

Modernisation de 51 Mirages

Lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre Manmohan Singh, Nicolas Sarkozy a annoncé que l’Inde acceptait de débourser près d’1,6 milliard d’euros pour rénover son parc de 51 Mirages-2000. Mais les négociations sont encore en cours. Celles-ci sont censées "aboutir prochainement", ont annoncé Paris et New Delhi dans une déclaration commune.

Airbus au service de Jet Airways et Air India

Selon les officiels indiens, l’avionneur européen Airbus aurait signé pour 2,8 milliards d’euros de contrat de "leasing" (ou crédit-bail, soit des contrats de location prévoyant la vente du bien à la fin du contrat) pour des appareils A330 avec les sociétés Jet Airways et Air India.

De la difficulté de vendre le Rafale

L’Inde a prévu près de 85 milliards d’euros de dépenses militaire d’ici et 2016, et Paris aimerait qu’une partie de cette somme aille dans l’achat de son avion Rafale, qui n’a jamais trouvé preneur hors de ses frontières. Mais la concurrence avec les marchands d’armes russes et américains est acharnée…Et les experts indiens estiment que le label "Made in France" gonfle artificiellement le prix de vente.

Construction d'une usine Michelin

La fabricant de pneumatiques de Clermont-Ferrand a signé un accord avec la province du Tamil Nadu, dans le sud du pays, portant sur la construction d’une usine. Investissement escompté : 600 millions d’euros.

Première publication : 09/12/2010

  • DIPLOMATIE

    Visite de Nicolas Sarkozy en Inde : après le tourisme, place au business

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Quels sont les grands dossiers à l'ordre du jour de la visite de Nicolas Sarkozy en Inde ?

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Commerce, défense et Taj Mahal au menu de la visite de Nicolas Sarkozy en Inde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)