Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

EUROPE

Le Parlement s'apprête à voter le triplement des droits d'entrée à l'université

Vidéo par Mariam Pirzadeh

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/12/2010

Le gouvernement conduit par le conservateur David Cameron doit faire face à de nouvelles manifestations des étudiants qui contestent la hausse des droits universitaires à l'occasion de la présentation de ce projet au Parlement.

AFP - Le gouvernement de coalition au pouvoir au Royaume-Uni subit jeudi son test le plus sévère, à l'occasion de la présentation au Parlement d'un projet de triplement des droits universitaires qui déchire les libéraux-démocrates, sur fond de manifestations étudiantes.

Des milliers d'enseignants, écoliers et étudiants étaient attendus dans l'après-midi pour une manifestation nationale à Londres, cinquième rassemblement en un peu plus d'un mois.

La police a mis en garde contre une répétition des violences survenues en marge de récentes protestations, mais les organisateurs ont promis un mouvement pacifique.

Après différents rassemblements dès la mi-journée, un défilé devait s'ébranler vers 15h00 GMT, soit au moment-même où les députés seront appelés à voter sur le projet gouvernemental.

Les débats commencent dès la fin de la matinée à la chambre des Communes, chambre basse du Parlement britannique, et promettent d'être houleux: les libéraux-démocrates, partenaires clefs de la coalition gouvernementale aux côtés des conservateurs, font face à une rébellion de leur base.

Les "Lib Dems" avaient promis lors de la campagne des législatives en mai dernier de s'opposer à toute hausse des droits universitaires, actuellement plafonnés à 3.290 livres (près de 4.000 euros) par an.

Le gouvernement du Premier ministre conservateur David Cameron veut porter cette limite à 9.000 livres, soit un quasi-triplement.

Dans une lettre au Daily Telegraph (droite), les recteurs de 15 universités écrivent que le projet contraindrait la plupart des étudiants à payer au moins 40.000 livres (48.000 euros) pour leurs études.

Mais le leader des Lib Dems, Nick Clegg, devenu vice-Premier ministre, avance l'actuelle cure d'austérité pour justifier les mesures.

"Ce n'est bien entendu pas la politique que les libéraux-démocrates auraient voulue dans l'idéal, mais dans les circonstances actuelles, où il n'y a pas beaucoup d'argent, ... c'est la politique la plus juste", a-t-il déclaré jeudi matin.

Selon les médias, près de la moitié des députés Lib Dems pourraient rejeter le projet, dont le numéro deux du parti, tandis que d'autres devraient s'abstenir. Seuls les libéraux-démocrates membres du gouvernement ont promis de voter en faveur des mesures.

La rébellion ne devrait pas mettre en danger la survie même de la majorité gouvernementale, suffisante pour faire face à la défection d'une bonne proportion des Lib Dems.

Aux dissensions politiques, s'ajoute la fronde populaire: des milliers d'étudiants, professeurs et même écoliers devaient une nouvelle fois descendre dans la rue en milieu d'après-midi. Ils devaient aller auparavant au Parlement de Westminster à la mi-journée afin de faire pression sur les députés.

"C'est notre mai 68", titre un éditorial du Guardian. "Comme en France en mai 68, l'injustice de ce vote pourrait susciter une crise plus profonde", croit le quotidien de gauche.

La manifestation est organisée par des syndicats universitaires mais elle sera rejointe par d'autres syndicats et des militants de diverses organisations qui entendent élargir la contestation à la sévère austérité décrétée par le gouvernement. "Il est temps que l'ensemble du mouvement syndical joigne ses forces", a déclaré Bob Crow, secrétaire général du syndicat des transports RMT.

Mi-novembre, la première manifestation estudiantine avait rassemblé entre 20.000 et 50.000 personnes. Un groupe d'étudiants avait par la suite saccagé le QG du parti conservateur, choquant une opinion publique britannique très peu habituée à ce genre de violences.

Première publication : 09/12/2010

  • ROYAUME-UNI

    Nouvelles manifestations contre la hausse des droits universitaires

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Les étudiants britanniques manifestent contre l'augmentation des droits universitaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)