Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Economie

"Le peuple irlandais est en colère", selon Pat Cox

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/12/2010

Pat Cox, ancien président du Parlement européen et actuel président du think tank "Mouvement européen", analyse l'approbation par le Parlement irlandais du budget d'austérité sans précdéent exigé par l'Union européenne et le FMI.

AFP - Le gouvernement irlandais, en fin de règne, a présenté mardi au Parlement le budget d'austérité le plus sévère de l'histoire du pays, exigé par l'UE et le FMI en échange du sauvetage de l'île, mais qui risque d'attiser la colère des Irlandais.

"Nous avons traversé deux années de tumulte, qui ont culminé avec notre demande d'aide internationale. Ce budget est la première étape pour assurer notre redressement", a assuré le ministre des Finances Brian Lenihan, en égrenant sur un ton solennel une litanie de mesures impopulaires, devant le Dail, la chambre basse du Parlement.

Il a confirmé que le budget 2011 visait à dégager 6 milliards d'euros, pour un tiers via des hausses d'impôts et pour les deux tiers grâce à des coupes dans les dépenses.

Ce tour de vis, d'ampleur inédite selon des médias irlandais, doit permettre à lui seul de réaliser 40% du programme d'austérité de 15 milliards d'euros sur quatre ans annoncé le mois dernier par Dublin pour ramener le déficit irlandais de 32% du PIB cette année à moins de 3% en 2014. Le déficit devrait être ainsi ramené à 9,4% du PIB dès l'an prochain.

Les économies passeront, entre autres, par des suppressions d'emplois publics et une baisse des dépenses et des investissements de l'ensemble des ministères, à commencer par l'aide sociale, la santé et l'éducation.

Parallèlement, une série d'impôts et de taxes vont grimper, à l'exception de l'impôt sur les bénéfices des sociétés, que Dublin a maintenu contre vents et marées à 12,5%, un des taux les plus bas des économies développées.

Le gouvernement qui vit ses derniers mois car il s'est engagé à convoquer des élections une fois le budget adopté, a promis cette cure d'austérité en échange du plan de sauvetage de 85 milliards d'euros négocié avec l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI), qui a été validé mardi par les ministres des Finances de l'UE.

M. Lenihan a dénoncé l'appétit sans limites des banques irlandaises, qui a mis le pays à genoux, et a assuré que le gouvernement avait pris les décisions les plus justes possibles. Symboliquement, il a annoncé une baisse de près de 15% de la rémunération des ministres.

Mais ce tour de vis n'a pas manqué de soulever un nouveau vent de colère, après une manifestation qui avait réuni des dizaines de milliers de personnes à Dublin il y a dix jours. Plusieurs centaines de mécontents ont protesté dès mardi devant le Parlement, portant des pancartes sur lesquels on pouvait lire "Non à l'esclavage du FMI".

Les Irlandais ont déjà subi trois budgets d'austérité depuis le début de la crise financière et économique en 2008 et ils ressentent souvent comme une "humiliation" le fait de devoir appeler à l'appel Bruxelles et le FMI.

Le budget 2011 est celui d'un "gouvernement marionnette" du FMI et de l'UE, a estimé Michael Noonan, porte-parole pour les finances du Fine Gael, principal parti d'opposition.

Son homologue du parti travailliste, Joan Burton, a estimé que les "gagnants" étaient "les banques qui ont sifflé notre argent", et "les perdants les familles avec trois enfants".

La rigueur devrait accroître l'impopularité déjà record du Premier ministre Brian Cowen et renforcer d'autant les chances de victoire de l'opposition aux législatives que le gouvernement a promis de convoquer après le vote du budget. Ce dernier ne devrait cependant pas être adopté avant début 2011, peut-être seulement en février.

L'adoption finale du budget était un temps menacée par la faible majorité parlementaire du gouvernement mais elle semble dorénavant acquise, après le ralliement de deux députés sans étiquette dont le soutien était crucial.

Mardi soir, les premières mesures techniques du budget ont ainsi été adoptées sans problème.

Première publication : 09/12/2010

  • UNION EUROPÉENNE

    Les ministres des Finances valident le plan d'aide international à l'Irlande

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Le plan d'aide à l'Irlande devrait être annoncé dimanche

    En savoir plus

  • CRISE FINANCIÈRE

    Qui après l'Irlande ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)